Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Le Tour de France dopé à la potion de l’apartheid

jeudi 20 août 2020 par Coordination nationale de l’UJFP

Quand un pays, Israël, lancé dans une folle entreprise de colonisation, enferme et réprime chaque jour les Palestiniens, quand il arrête des enfants, multiplie les meurtres de civils, torture légalement, démolit des maisons, vole des terres, humilie sur les check-points, bombarde et prive d’électricité Gaza en cage et établit des lois légalisant toutes les discriminations, comment vendre son image ?

C’est très simple et les publicitaires le savent : avec du fric ! Le milliardaire israélo-canadien Sylvan Adams en a (sa fortune est estimée à un milliard de dollars) et il le met au service de la promotion d’Israël par un marketing effréné. En 2018, il a pris en charge financièrement le fait que le Tour d’Italie cycliste démarre en Israël. En 2019, il a payé plus d’un million de dollars pour que Madonna vienne à Tel-Aviv au moment du concours Eurovision de la chanson, malgré la campagne internationale du BDS pour la dissuader. La même année, il a financé la tenue d’un match de football avec Lionel Messi à Tel-Aviv. Il fait partie des personnes pressenties pour financer le plan Kushner, le fameux « deal du siècle » de Trump.

Il a acheté une équipe de cyclisme professionnel qu’il a rebaptisé « Israël start-up nation ». Il a recruté pour 2021 Chris Froome, vainqueur de plusieurs Tours de France. Cette équipe va sillonner les routes de France à partir du 29 août.

Après avoir accueilli depuis 2017 une équipe portant les couleurs des Émirats, autre régime violant les droits humains, — quelle coïncidence, ce pays vient d’établir des relations diplomatiques avec Israël !— le Tour de France devient un instrument de propagande de l’État d’Israël !

Israël Start Up Nation n’est pas une équipe d’Israéliens et ce nom est une manipulation. Le Tour de France a supprimé depuis des décennies les équipes nationales au profit d’équipes commerciales. Mais les organisateurs du Tour acceptent d’accueillir une équipe vendant la marque Israël, c’est-à-dire une équipe de mercenaires dont le but avoué des propriétaires est de tenter d’améliorer l’image de ce pays, désastreuse en raison des crimes commis.

Israël n’est pas une start-up. C’est un pays qui en occupe un autre et détruit sa société. C’est un pays qui a légalisé l’apartheid et qui est devenu le laboratoire de toutes les technologies de la répression et de l’enfermement.

Comme l’écrit la campagne BDS France :

« Depuis 2005, le programme « Brand Israël » financé à coup de millions d’euros, est un instrument de propagande puissant pour redorer l’image d’Israël à travers la culture, le sport, le tourisme ou même les échanges universitaires .
« Pendant que les Palestiniens sont condamnés à regarder Israël faire sa promo en Europe, eux sont réprimés dans le sang et empêchés de pratiquer leur sport. »

 

Le Tour de France ne doit pas pédaler pour l’apartheid. L’UJFP proteste contre le silence du Gouvernement et de sa ministre des Sports sur cette participation d’Israël hold up nation et invite à soutenir toutes les initiatives locales pour la dénoncer.

L’UJFP poursuivra sa participation à la campagne BDS, et dans les jours qui viennent appelle à la renforcer, notamment à l’occasion du Tour de France 2020. Elle appelle à rester à l’écoute pour participer à des actions de protestation.

La Commission Israël-Palestine, pour la Coordination nationale de l’UJFP, le 20 août 2020


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 624 / 5732234