Accueil > Pour comprendre > Pour comprendre

Pour comprendre

Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués

En particulier, les articles de cette rubrique sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats.

Articles de cette rubrique


Israël et la Nakba, de la reconnaissance au déni (Analyses, opinions & débats)

jeudi 19 avril 2018 par Eitan Bronstein, Eleonore Merza Bronstein

Par Eitan Bronstein Aparicio et Eleonore Merza Bronstein. Publié le 19 avril 2018 sur le site d’Orient XXI.

Israël célèbre son soixante-dixième anniversaire. Pour les Palestiniens, il s’agit plutôt de la Nakba, la catastrophe qui les a frappés et contraints à l’exil. Si la Nakba était reconnue par de nombreux responsables et intellectuels israéliens durant les premières années du jeune État, elle a été par la suite contestée officiellement, alors que les preuves des exactions commises par l’armée israélienne en 1947-1949 et de l’épuration ethnique dont furent victimes les Palestiniens s’accumulaient.



Pas de financement de l’UE pour l’industrie militaire israélienne (Analyses, opinions & débats)

jeudi 19 avril 2018 par ECCP

L’UE doit arrêter de contribuer à la militarisation et aux profits tirés des violations des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

L’Union européenne subventionne la recherche de l’industrie de la sécurité depuis de nombreuses années.

Cet argent des contribuables européens va à des entreprises militaires, parmi
lesquelles de nombreuses firmes israéliennes, sous le masque de la recherche et la promesse que technologies et techniques développées seront affectées seulement à des usages civils.



Palestine - Les leçons de l’histoire : comment les suprémacismes s’installent (Analyses, opinions & débats)

mercredi 18 avril 2018 par Mossa’ab Bachir

Par Mossa’ab Bachir

En Israël, on débat souvent avec passion du nazisme.

Le grand philosophe Yeshayahou Leibowitz, scandalisé par le comportement israélien après la Guerre des Six Jours, avait parlé de « judéo-nazisme ».

Plus récemment, l’historien Zeev Sternhell, pourtant sioniste a écrit : « en Israël pousse un racisme proche du nazisme à ses débuts ».

Dans la droite israélienne aussi, ce sujet est abordé. Nétanyahou confirme son amitié pour le dirigeant hongrois Viktor Orban alors que celui-ci a entrepris la réhabilitation du régime pronazi de l’amiral Horthy.

Et Moshé Feiglin, candidat malheureux à la tête du Likoud en 1995 avait à l’époque estimé que « le nazisme a permis de sortir l’Allemagne d’une situation de détresse pour l’amener à une situation fantastique sur le plan physique et idéologique ».

Alors, peut-on comparer sionisme et nazisme ?

Il y a une différence fondamentale : à Gaza, en trois grands massacres de 2008 à 2014, il y a eu environ 5 000 morts pour environ deux millions d’habitants. Ça s’appelle crimes de guerre, crimes contre l’humanité, utilisation d’armes interdites et il faudra que les responsables de ces crimes soient jugés.

Dans le ghetto de Varsovie, il y a eu 99% de morts. Ça s’appelle une extermination, un génocide. On ne peut pas comparer.

Il reste que sionisme et nazisme sont au départ des idéologies suprémacistes qui déclarent qu’un groupe humain a tous les droits et que les autres n’en ont aucun. Et que ces deux idéologies ont énormément écrit pour légiférer, pour identifier les privilégiés et pour exclure les autres des droits humains les plus élémentaires.

Mossa’ab Bachir est un jeune gazaoui. Il a été prisonnier politique et a connu les bombardements massifs. Son texte est extrêmement précis et rassemble minutieusement de multiples faits, étayés par d’abondantes notes. Il s’appuie sur ses nombreuses recherches de textes et de documents. Il dégage ainsi un noyau que nous devrions regarder en face : les traits communs aux constructions des suprémacismes.

Cet article est précieux pour comprendre comment les Palestiniens, depuis des décennies, ont été dépossédés de leur terre et privés de tout droit. C’est pourquoi nous le publions.



Gaza : trois questions à Sylvain Cypel (Gaza)

mercredi 18 avril 2018

Par Chris Den Hond. Vidéo publiée le 9 avril 2018 sur le site d’Orient XXI.



Mobilisation pour la journée de solidarité avec les prisonniers palestiniens : matériel et actions (En Israël-Palestine)

A l’occasion de la journée de solidarité avec les prisonniers palestiniens, le 17 avril 2018, la Plateforme Palestine vous propose plusieurs outils pour sensibiliser et interpeller sur la question des enfants prisonniers palestiniens.



Le TPI met en garde les dirigeants israéliens à propos des meurtres à Gaza (Gaza)

mardi 17 avril 2018 par Ali Abunimah

Ali Abunimah – 8 avril 2018

Le Tribunal Criminel International a émis un avertissement sans précédent selon lequel les dirigeants israéliens peuvent avoir à subir un procès pour le meurtre de manifestants palestiniens non armés dans la Bande de Gaza.

« Depuis le 30 mars 2018, au moins 27 Palestiniens ont été déclarés tués par les Forces de Défense Israéliennes, alors que plus mille autres ont été blessés, dont beaucoup à la suite de tirs à balles réelles et de balles enrobées de caoutchouc », a déclaré dimanche Fatou Bensouda, procureure générale du TPI.



Massacre à Gaza : contorsions cyniques dans les médias français (Analyses, opinions & débats)

samedi 14 avril 2018 par Pauline Perrenot

Par Pauline Perrenot, mardi 10 avril 2018. Publié sur le site d’Acrimed.

La « Marche du retour » qui a rassemblé 30 000 Gazaouis à son premier jour, le vendredi 30 mars, a été réprimée dans le sang par l’armée israélienne : ses soldats ont assassiné 22 Palestiniens tandis que les blessés par balles se comptent par milliers. Ce massacre a fait l’objet d’un traitement médiatique qui, quoiqu’abondant, et parfois pertinent, n’en souffre pas moins des travers malheureusement « classiques » dès lors que les médias s’intéressent à la question palestinienne en général, et à la violence de l’État d’Israël en particulier.



Gaza : un journaliste palestinien tué de sang-froid, la liberté de la presse visée au cœur (Gaza)

mercredi 11 avril 2018

Par SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes.

Notre confrère palestinien Yasser Mourtaja figure parmi les neuf Palestiniens tués vendredi à Gaza par les tirs à balle réelle de l’armée israélienne lors de la manifestation près de la barrière de sécurité. Yasser Mourtaja, un photographe âgé de 30 ans travaillant pour une société de production gazaouie, Ain Média, portait pourtant, au vu et au su de tous, un gilet « press ». Il a été atteint de plein fouet à l’abdomen. Il est décédé de ses blessures après avoir été hospitalisé.



Manifestation à la frontière de Gaza : "Désolé commandant, je ne tire pas" (Gaza)

lundi 9 avril 2018

Interview d’Amit Gilutz de B’tselem par Daniel Fontaine. Publié le vendredi 6 avril 2018 sur le site de la RTBF.

L’ONG israélienne B’Tselem a publié dans la presse des encarts publicitaires appelant les soldats à ne pas tirer vers des Palestiniens non armés lors de manifestations à la frontière avec la bande de Gaza. L’encart est intitulé "Désolé commandant, je ne tire pas". Les autorités israéliennes ont pourtant prévenu que les consignes de tirs resteraient les mêmes ce vendredi 6 avril qu’il y a une semaine, lorsque la répression du mouvement a fait vingt morts parmi les Palestiniens.



Ziad Medoukh revient sur la marche du retour à Gaza, du vendredi 30 mars (Gaza)

lundi 9 avril 2018 par Ziad Medoukh

Analyse de Ziad Medoukh sur la marche du retour à Gaza organisée par la population civile le vendredi 30 Mars 2018.



Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3134178