Accueil > Pour comprendre > En Israël-Palestine > Gaza > Gaza

Gaza

Articles de cette rubrique


Chroniques de Gaza (4) (Gaza)

mercredi 25 mai 2016

Mercredi 25 mai

On suit la route du bord de mer. La plage est très belle. Il y a des gargotes, des pêcheurs. On traverse le camp de Deir al Balah. On longe l’ancienne colonie de Gouch Katif et sa palmeraie et on oblique vers l’est.



Chroniques de Gaza (3) (Gaza)

mardi 24 mai 2016

Mardi 24 mai au soir.

D’abord une anecdote. Le consul français à Gaza était un franco-palestinien. Gravement malade, il n’a pas obtenu pendant des mois l’autorisation de sortir de Gaza. Pire, sa maison a été (probablement sciemment) détruite pendant les bombardements de 2014. Le silence du gouvernement français est assourdissant.
Et puis sur l’avenir, notre ami répète à l’envi : "beaucoup de gens pensent qu’il ne faut pas mourir, que nos enfants ne doivent pas mourir, qu’on doit vivre ensemble (avec les Israéliens). Il y a un passé où nous avons vécu ensemble".



Chroniques de Gaza (2) (Gaza)

mardi 24 mai 2016

Mardi 24 mai

Suite de l’exposé de Mohamed al Bakri (UAWC)

Après la guerre de 2014, L’UAWC a aidé les gens à retourner à la terre afin qu’ils puissent produire et qu’il y ait le moins d’importations possibles (même si les serres qu’on a installées sont australiennes).

Pour les fraises, on arrive parfois à les exporter. vers la Cisjordanie et même la Russie.

Il y a 13 usines à Gaza. Malgré les destructions, elles ont été reconstruites après la guerre.



Chroniques de Gaza : mai 2016 (Gaza)

lundi 23 mai 2016

Lundi 23 mai

Pas de mauvaises surprises pour rentrer à Gaza. Le plus difficile est d’obtenir l’autorisation.

En arrivant d’Ashkélon, le mur apparaît d’un coup avec les miradors.

Puis c’est le poste frontière israélien où les choses sont simples quand on a obtenu, suite à une "demande de coordination" sollicitée par le consulat de France à Jérusalem, la fameuse autorisation. On sort de la zone israélienne par une porte blindée.

De l’autre côté, sur plusieurs centaines de mètres, les Israéliens ont interdit les cultures. On avance à pied dans un très long couloir totalement grillagé (entouré de terrains vagues) jusqu’au poste tenu par l’Autorité Palestinienne suivi de celui tenu par le gouvernement de Gaza. Là il fallait avoir une autorisation sollicitée par une association "crédible" de Gaza (en l’occurrence le PCHR ou l’UAWC). Le papier d’autorisation sera notre sésame en cas de contrôle (peu probable).



Les rapports hebdomadaires sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans la bande de Gaza (Gaza)

dimanche 13 mars 2016 par PCHR Gaza

Par le PCHR (Palestinian Center for Humans Rights) de Gaza

Traduits par Jacques Salles

Dernier rapport traduit en français : Infos Gaza n°814 & 814bis, semaine du 12 au 18 mai 2016

Tous les rapports en anglais

Tous les rapports traduits :



Un soulèvement légitime contre l’injustice (Gaza)

mardi 2 février 2016 par Ziad Medoukh

par Ziad Medoukh.

La spoliation d’un peuple recommence,

Un refrain de tragédie,

Des massacres interminables,

L’effusion du sang par une machine militaire,

Des exactions commises par une armée ignoble,

Folie meurtrière et abjecte !

Ainsi,

La violence de l’occupation féroce s’accroît,

L’injustice est à son comble.



Une émission radio francophone en direct de Gaza : « Bonjour de Gaza la vie » (Gaza)

jeudi 19 novembre 2015 par Ziad Medoukh

Ziad Medoukh, responsable du département de français de l’université Al-Aqsa de Gaza, et ses étudiants vont animer et présenter de nouveau une émission hebdomadaire en français, tous les dimanches de 15 à 16h, heure locale (14-15h heure française).



Les enfants dorment dans les décombres (Gaza)

mercredi 26 août 2015 par Avaaz

par Fadi Quran - Avaaz

Bien qu’il viole clairement le droit international, le blocus instauré par Israël a paralysé l’approvisionnement en matériaux de construction de base. Aucun enfant ne devrait avoir à vivre dans les ruines de sa maison, à étudier dans des classes défigurées par des cratères de bombes, ou à se passer de soins élémentaires parce que les cliniques ont été détruites.

Nous avons un plan pour que cela change. Avaaz s’est allié avec des agences d’aide au développement reconnues et travaillant sur place pour lancer une campagne d’urgence appelant les bailleurs de fonds à faire parvenir les matériaux nécessaires à Gaza. Ces bailleurs peuvent faire pression sur Israël pour qu’il lève ces restrictions, parce ce sont ces mêmes gouvernements qui financent la reconstruction de Gaza.



Un an après, rien n’a changé à Gaza (Gaza)

mercredi 8 juillet 2015 par Ziad Medoukh

Ziad Medoukh

7 Juillet 2014, 7 juillet 2015 ! Un an déjà, un an a passé, un an s’est écoulé depuis le début de la nouvelle agression israélienne contre la bande de Gaza en juillet-août 2014-la troisième en cinq ans-. C’est comme si c’était hier, un événement terrible en Palestine, un véritable carnage à Gaza, des crimes et des massacres israéliens contre des civils et des innocents.



Message de Ziad Medoukh de Gaza : un an après, rien n’a changé. (Gaza)

mardi 7 juillet 2015 par Ziad Medoukh

Gaza, le 7 juillet 2015.

Un an après la nouvelle offensive israélienne contre la bande de Gaza

Rien n’a changé à Gaza

Le blocus israélien inhumain est maintenu

Aucun projet de reconstruction privé ou public n’a commencé

Les attaques israéliennes contre les civils de Gaza se poursuivent

La souffrance des Gazaouis se poursuit



Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1243648