Thème

Judaïsme


Articles


Français, avocat, juif, né à Sarcelles, dans le désordre (Témoignages)

lundi 28 juillet 2014 par Arié Alimi

Je n’ai jamais pris la plume publiquement pour défendre des valeurs ou des clients. Ma tradition, professionnelle et confessionnelle, est avant tout orale. J’ai pourtant éprouvé la nécessité de transmettre ces quelques reflexions qui me taraudent depuis mardi, depuis cette audience qui s’est tenue devant le Tribunal de Grande Instance de Pontoise, au cours de laquelle j’ai choisi de défendre deux jeunes hommes que beaucoup ont voulu assimiler aux violences à caractère antisémite qui se sont déroulées dimanche dernier à Sarcelles. Depuis ce jour, nombreux sont ceux, proches, connaissances ou personnes se revendiquant de la communauté juive qui m’ont exprimé leur incompréhension voire leur dégout. A cela s’ajoutait la défense que j’avais également choisi d’assurer d’un jeune homme à qui l’on reprochait de s’être rendu en Afghanistan à des fins « Jihadistes ».



Israël contre le judaïsme (Notes de lectures)

lundi 7 juillet 2014 par Pierre Stambul

Yakov Rabkin a choisi un titre plus « soft » pour son dernier livre : Comprendre l’État d’Israël. Idéologie, religion, société.
Mais le fond du propos est bien celui-ci. Beaucoup de juifs qui ont émigré vers l’Israël pensent que c’est le seul moyen de vivre leur judaïsme. Yakov est un juif religieux auteur d’un précédent ouvrage : Au nom de la Torah, une histoire de l’opposition juive au sionisme (2004). Lors de ma première conférence publique en 2002 sur la guerre israélo-palestinienne, j’avais eu cette intuition : « pour construire l’Israélien nouveau, il a fallu tuer le juif ». Un juif athée et un juif religieux arrivent à peu près à la même conclusion : la société israélienne a éradiqué l’histoire, la mémoire, les identités, les langues, les traditions et les valeurs du judaïsme. Quelque part cette société qui a dérivé vers le colonialisme et l’apartheid est tout sauf fidèle à la continuité juive. L’universitaire israélien Amnon Raz-Krakotzkin a bien saisi le paradoxe du sionisme fondé par des juifs athées ou agnostiques : « Dieu n’existe pas et il nous a promis cette terre ».
C’est pourquoi son compatriote Shlomo Sand dans son commentaire sur ce livre dit : « Celui qui voit dans le sionisme une continuation du judaïsme ferait bien de lire ce livre. Mais celui qui croit que l’État d’Israël est un État juif est obligé de le lire ».



L’agonie d’une culture... (Israël)

mercredi 2 juillet 2014 par Michèle Sibony

... Celle qui faisait répondre à Disraéli accusé d’être juif (?) par un député du parlement anglais :
« Oui, je suis Juif et quand les ancêtres de mon très honorable adversaire étaient des brutes sauvages dans une île inconnue, les miens étaient prêtres dans le temple de Salomon. »



Que signifie aujourd’hui militer quand on est issu d’une minorité ? Conférence organisée par Alternative libertaire. (Appels et manifestations)

dimanche 1er juin 2014

Au XIXe siècle, de nombreux-ses Juif-ve-s des classes populaires d’Europe centrale ne se bornent pas à la défense contre l’antisémitisme. Anarchistes, ils et elles s’opposent aussi au tsar, au capitalisme, aux clergés, y compris celui de leur communauté d’origine.

Contrairement à ce que l’on peut penser, les Juif-ve-s n’ont pas toujours été (et ne sont pas tous aujourd’hui encore) sionistes.

C’était il y a un siècle. Mais les problèmes des Juif-ve-s libertaires de Russie ou de Pologne sont les mêmes pour d’autres aujourd’hui. Et les luttes qu’ils et elles ont menées à l’époque sont peut-être bien toujours d’actualité.

Conférence le 4 juin à Paris.



Rencontre avec Jean-Christophe Attias et Delphine Horvilleur à l’IESR (Appels et manifestations)

dimanche 11 mai 2014

Dans le cadre des rencontres-débats de l’IESR (Institut Européen en Science des Religions), Jean-Christophe Attias présentera Penser le judaïsme (CNRS Éditions, 2013) et Delphine Horvilleur En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme (Grasset, 2013) le mardi 20 mai à 18H30.



Le manteau de Spinoza d’Ivan Segré (Notes de lectures)

mercredi 19 mars 2014

Dans ce livre, Ivan Segré s’intéresse aux derniers avatars de la réaction idéologique qui a pris Spinoza pour cible, et singulièrement aux penseurs juifs qui ont reconnu en lui un « traître ». Est-ce à dire qu’une vie sous la conduite de la raison est une trahison de la cause des Juifs ?

L’ouvrage est paru le 14 mars dernier aux Editions La Fabrique.



"L’État d’Israël n’est ni juif ni démocratique" (En Israël-Palestine)

samedi 15 mars 2014

Des groupes antisionistes israéliens se positionnent sur les manifestations ultra-orthodoxes.

Le 2 mars 2014, "Démocratie ou rébellion" a appelé à manifester, avec la participation de militants de unity / achdut (anarchiste), de lo nechmadim/ lo nechmadot (militants sociaux mizrahi), de One Democratic State et d’autres.

En voici un rapport de Tamar Aviyah :

Le dimanche 2 mars 2014, la communauté ultra orthodoxe (haredi) a organisé une manifestation massive à Jérusalem contre la conscription forcée.

En parallèle, "Démocratie ou rébellion" a manifesté devant le Bureau du gouvernement à Tel-Aviv en appui à la lutte des ultra-orthodoxes pour les libertés spirituelles et religieuses et pour défier le régime sioniste qui utilise faussement le nom de la religion juive pour priver violemment le peuple de ce pays de sa souveraineté.



"Ils ont permis au profane de conquérir le sacré" (Analyses, opinions & débats)

dimanche 29 septembre 2013 par Emmanuel Lévyne

Cet article d’Emmanuel Lévyne est paru dans le numéro 5 de la revue Tsedek en mars 1957. Les "larges extraits de l’étude de Léon Tolstoï" évoqués au début de celui-ci ont été publiés sur notre site ici.



Les Juifs britanniques dans la tourmente après le rejet par le tribunal de la plainte pour harcèlement d’un militant pro-israélien (Analyses)

samedi 13 avril 2013

Un jugement dans le procès intenté par un maître de conférence en mathématiques, et qui se voulait le point culminant de onze années de militantisme pro-israélien, statue que l’attachement à Israël ne fait pas intrinsèquement partie de la judéité et provoque une onde de choc dans la communauté juive.



Sionisme : « Pas en notre nom » (Les plumes de l’UJFP)

mercredi 23 janvier 2013 par Pierre Stambul

INTERVIEW DE PIERRE STAMBUL, de l’Union Juive Française pour la Paix parue dans le numéro 107 ( janvier 2013 ) de la revue CQFD page 8 et 9

Pierre Stambul, militant libertaire et antisioniste, vient de publier Israël/Palestine, Du refus d’être complice à l’engagement [2]. Il raconte ici ses racines juives et athées et, en opposition au colonialisme israélien, évoque un judaïsme multiethnique et sans frontières, ainsi que le souvenir du Yiddishland de ses ancêtres, vecteur d’une culture, d’un état d’esprit et de courants d’idées prônant une émancipation universelle.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr    ?

Creative Commons License