Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


La militarisation de la quarantaine

dimanche 26 avril 2020 par Rosa Schwartzburg

Par Rosa Schwartzburg. Publié le 26 mars sur le site de l’Agence Média Palestine.

Eyal Weizman est le directeur fondateur de Forensic Architecture, une agence de recherche interdisciplinaire qui utilise des techniques et des technologies architecturales pour enquêter sur des cas de violence d’État et de violations des droits humains. Weizman, professeur de Cultures spatiales et visuelles à Goldsmiths, Université à Londres, où il a fondé le Centre de recherche en architecture, a d’abord développé l’architecture médico-légale en 2010 pour étudier les aspects de l’aménagement physique de l’occupation israélienne de la Cisjordanie.

Agents de sécurité palestiniens hors de la basilique
de la nativité, Bethléem, 6 mars 2020
(capture d’écran).

Au cours de la dernière décennie, le groupe s’est élargi pour inclure de nombreux architectes, développeurs de logiciels, cinéastes, journalistes, avocats, artistes et scientifiques menant un large éventail d’enquêtes, allant d’une reconstruction de la trajectoire d’un bateau de migrants qui a coulé dans la mer Égée en 2015, tuant au moins 43 réfugiés, à un rapport sur la « guerre aux herbicides » à Gaza. Leur projet le plus récent est une enquête sur les abus possibles au Homestead Temporary Shelter for Unaccompanied Children, un centre en Floride pour les enfants détenus alors qu’ils tentent d’entrer aux États-Unis.

Weizman devait se rendre aux États-Unis pour l’ouverture en février d’une exposition de travaux d’architecture médico-légale au Museum of Art and Design du Miami Dade College. Mais à la mi-février, deux jours avant que Weizman ne prenne l’avion pour Miami, il s’est vu refuser une dispense de visa après qu’un algorithme du ministère de la sécurité intérieure l’ait identifié comme un risque pour la sécurité, probablement en raison de son travail d’enquête sur les violations des droits humains.

J’avais initialement prévu de parler avec Weizman de cette expérience et de son lien avec son travail. Mais étant donné la façon dont la crise du Covid-19 s’est aggravée dans les jours précédant notre conversation, la discussion s’est déplacée pour se concentrer sur le point de vue de Weizman sur les réponses de l’État à l’épidémie de Covid-19, sur ce qu’elles nous disent des
mécanismes gouvernementaux de confinement et sur les implications de l’état d’urgence » actuel pour l’avenir. Cette conversation a été éditée pour des raisons de longueur et de clarté.

Rosa Schwartzburg : Parlez-moi de votre expérience du refus de votre exemption de visa.

Eyal Weizman : Mon histoire particulière a été le dernier battement de cœur avant la crise du coronavirus, ce qui est très révélateur. Même parler de ce genre de chose comme d’une controverse semble maintenant un peu disproportionné. Mais mon expérience donne certainement un regard à la fois sur le durcissement du contrôle de la circulation et à l’habilitation de l’État à édicter des frontières. Je ne veux pas en faire tout un plat – mon expérience de l’immigration américaine a été beaucoup moins violente et sévère que celle de beaucoup d’autres. Elle n’est violente que dans la mesure où elle met en évidence la relation entre surveillance et frontière.
Il est certain qu’en ce moment, nous voyons comment en réaction les frontières surgissent en Europe. À l’avenir, il serait intéressant d’observer la suspicion que nous aurons à l’égard des voyages et de voir comment la peur de cette crise va affecter les attitudes à l’égard de l’immigration.

Rosa Schwartzburg : Selon vous, par quoi les différentes réponses des gouvernements à l’épidémie de Covid-19 – de la Corée du Sud, à Israël, à l’Union européenne – nous renseignent sur la relation entre les mécanismes de confinement et de surveillance ?

Eyal Weizman : Nous voyons les tendances au sein des différents gouvernements et régimes du monde à adopter des politiques qui ne sont que des cristallisations de courants déjà latents au sein de ces systèmes politiques. Un bon exemple est Israël, où la règle d’état d’urgence en Cisjordanie a permis la militarisation de la quarantaine – nous le voyons certainement dans la mise en quarantaine des citoyens autour de Bethléem. Nous voyons également comment Israël utilise cette crise pour éroder les libertés civiles, par exemple en habituant la population à faire surveiller ses téléphones. Nous constatons également des tendances épistémologiques latentes dans la manière dont les régimes ont réprimé l’expertise scientifique. Boris Johnson, Jair Bolsonaro et Donald Trump ont tous été élus sur la base d’une attaque contre la science, et ces soupçons se poursuivent certainement à mesure que tout cela se déroule.

Rosa Schwartzburg : Pour la gauche, la crise du coronavirus a mis en lumière certaines ambivalences sur le pouvoir de l’État. D’une part, nous voulons que le gouvernement agisse rapidement et de manière responsable pour arrêter la propagation du virus ; d’autre part, nombre des mesures prises – surtout si elles restent en place après la crise – font peser de graves menaces sur nos libertés civiles, sur la vie privée et sur la possibilité d’une action collective. Que pensez-vous de cette tension ?

Eyal Weizman : Nous voyons que la crise a permis une militarisation qui met à l’écart la relation habituelle entre les forces de l’ordre et les libertés civiles. Nous devons donc nous demander : serons-nous en mesure de contrôler le pouvoir de l’État après la crise du coronavirus ? Habituellement, nous ne sommes pas capables de reprendre le contrôle. En général, la crise arrive et un nouveau régime scientifique et politique s’installe avec elle. Je crains que ce soit l’occasion de l’état d’urgence : il permet à ce qui devrait être l’exception de devenir la norme.

Rosa Schwartzburg : Comme vous y avez fait allusion, en Israël, Benjamin Netanyahu a approuvé du jour au lendemain l’utilisation de mesures agressives d’extraction de données et de surveillance mises au point à des fins militaires dans les territoires occupés pour surveiller les patients atteints de coronavirus. Comment comprenez-vous ce redéploiement des technologies de lutte contre le terrorisme – des outils de gestion de l’occupation – en Israël même ?

Eyal Weizman : En Israël, la forme la plus évidente de ce redéploiement se traduit par la militarisation de la situation médicale et sa relation avec les systèmes de surveillance numérique et algorithmique. Nous voyons de nouvelles utilisations de l’infrastructure des villes intelligentes – les lecteurs de plaques d’immatriculation, la surveillance de la circulation. Cela permet bien sûr au gouvernement de contrôler et de surveiller le flux du trafic à l’entrée et à la sortie des zones de Cisjordanie, et est maintenant utilisé pour contenir le virus dans les zones de l’épidémie supposée dans les villes palestiniennes. Cette relation entre la surveillance et la délimitation des frontières n’est qu’une des façons dont la crise a été militarisée.

Rosa Schwartzburg : Quel sera l’impact de l’épidémie de coronavirus sur la capacité de Forensic Architecture à mener des enquêtes à l’avenir ?

Eyal Weizman : Il est bien trop tôt pour le dire. Pour l’instant, nous avons re-configuré notre façon de travailler. Nous avons complètement dispersé notre studio physique, à la fois à Londres et dans le monde entier. Nous avons des membres qui sont partis alors qu’ils pouvaient encore partir, pour se rendre en Colombie, en Grèce et dans d’autres endroits, et nous continuons tous notre travail à distance. Nous surveillons en ce moment l’érosion des libertés civiles. Nous sommes très préoccupés par exactement les mêmes choses que nous avons examinées précédemment : la surveillance algorithmique et sa relation avec les libertés civiles.

Rosa Schwartzburg est journaliste et essayiste et a travaillé pour le New York Times, le Guardian, The Nation, Jacobin, Slate et de nombreuses autres publications. Elle est titulaire d’une maîtrise de l’Université d’Europe centrale et fréquente actuellement l’École supérieure de journalisme de l’Université de Columbia.

Traduction : JPB pour l’Agence Média Palestine

Source : Jewish Currents


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 133 / 5588497