Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Pas d’enfants juifs dans les écoles du 93 ? La FCPE « envisage de porter plainte contre Ciotti »

vendredi 22 février 2019

Après Eric Ciotti, c’est Eric Zemmour qui a affirmé qu’il n’y a « plus d’enfants juifs dans les écoles de Seine-Saint-Denis ». Un mensonge selon le président de la FCPE Rodrigo Arenas.

Un tag "juden" sur la vitre d’un magasin parisien. Des croix gammées dessinées sur un portrait de Simone Veil. Des cimetières juifs profanés en Alsace. Alain Finkielkraut agressé au nom d’un antisionisme douteux. Elle commence super bien cette année 2019 – presque aussi bien qu’on a bouclé l’année 2018 ! Tellement bien que la droite extrême a cru bon d’instrumentaliser cette haine pour déverser la leur.

Ainsi, lundi 19 février, Eric Zemmour affirme sur LCI qu’il « n’y a plus d’enfants juifs dans les écoles de Seine-Saint-Denis […] C’est simple il y a des faits. » Des "faits" qui prennent une dimension bien plus grave quand ces mots sortent de la bouche d’un élu de la Nation, en l’occurrence le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, lequel lance le 13 février au micro de franceinfo : « S’il y a encore un enfant juif dans une école publique de Seine-Saint-Denis ? On sait bien pourquoi. Parce qu’ils sont chassés aujourd’hui par la montée du communautarisme islamiste. » Le Monde en égraine d’autres exemples : « Brice Hortefeux avait posé la même question en avril 2018 sur Europe 1. On a aussi pu l’entendre en 2015 prononcée par Luc Ferry, ou encore en 2014 de la bouche du réalisateur Alexandre Arcady ».

Rodrigo Arenas, président de la FCPE et de la fédération de Saint-Denis, nous aide à détricoter cette fake news.

Regards. Est-ce vrai qu’il n’y a plus d’enfants juifs dans les écoles de Seine-Saint-Denis ?

Rodrigo Arenas. C’est faux. C’est complètement faux. Il y a des enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis. Ceux qui disent le contraire mentent.

En France, il n’y a pas de données sur la confession des enfants dans les écoles. Comment alors peut-on affirmer ou démentir le fait qu’il n’y aurait plus d’écoliers juifs dans le 93 ?

Ils font un rapport de causalité entre l’augmentation de la fréquentation des écoles juives dans le 93 – et c’est aussi le cas ailleurs – et le fait qu’il n’y aurait plus d’enfants juifs dans les écoles publiques. Puis, ils font un pot pourri avec les enfants musulmans, les actes – réels – antisémites, etc. Mais on ne peut pas quantifier les enfants juifs dans les écoles. Nous à la FCPE, on a des adhérents, des parents d’élèves qu’on connait, qui sont juifs et qui scolarisent leurs enfants dans les établissements publics de Seine-Saint-Denis. Le problème, c’est qu’on n’a pas à faire état de notre intimité parce qu’un député sous-tend que les musulmans font la chasse aux juifs ! C’est insupportable d’être obligé de prouver que c’est faux. Nous, on le sait parce que, entre nous, on se le dit sans problème. Mais c’est du domaine de la vie privée. Eric Ciotti ouvre un pan dans la laïcité en enfermant les gens dans une religion, une communauté.

Qu’un député tombe dans ce genre de propos, cela vous choque ?

Il est dans son fonds de commerce, ce n’est pas surprenant. Ce n’est pas la première fois qu’Eric Ciotti utilise les musulmans pour justifier tous les maux de la République. C’est d’ailleurs assez curieux de trouver les mêmes mots dans la bouche de Marine Le Pen que dans la sienne. On envisage de porter plainte contre Eric Ciotti pour incitation à la haine raciale, injure – on est en train de qualifier tout ça avec les juristes. Ça suffit d’instrumentaliser les écoles, l’antisémitisme, etc. La Seine-Saint-Denis n’est pas le paillasson de la République. Mais surtout, il faut arrêter d’assimiler les enfants à des conflits d’adultes qui ne les concernent pas !
« L’antisémitisme est plus profond dans notre société. C’est quelque chose que, culturellement, la France n’a pas dépassé. Et ça concerne toute la Nation. »

Constate-t-on une baisse de scolarisation des enfants juifs dans les écoles publiques ?

Il y a, tout simplement, une recrudescence d’enfants scolarisés dans le privé, et ça à l’échelle nationale. La perte de confiance en l’école de la République est assez dans l’air du temps, qu’on soit juif ou pas. En revanche, il y a dans la communauté juive une crainte que les enfants ne soient pas suffisamment protégés et soumis à des invectives ou des agressions. Donc, nous avons des parents qui font le choix de scolariser leurs enfants dans des écoles juives, notamment après les attentats de Toulouse et de Charlie Hebdo. C’est le rôle de l’Etat de protéger les enfants, dans n’importe quelle école, qu’on soit en Seine-Saint-Denis ou ailleurs.

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Les juifs sont-ils en danger en France ?

Quel regard portez-vous sur l’antisémitisme en France, et plus particulièrement dans le 93 ?

En Seine-Saint-Denis, on n’a pas de croix gammées sur les boîtes aux lettres comme à Paris, on n’a pas de cimetières profanés comme en Alsace. C’est autre chose. Il y a le fond de conflit israélo-palestinien. Mais on ne peut pas résumer l’antisémitisme en France à cela, sinon on se trompe. Tous les enfants musulmans ne sont pas anti-Israël. De plus, dire que les maux d’une communauté sont le fait d’une autre communauté, c’est contraire à l’esprit républicain. L’antisémitisme est plus profond dans notre société. C’est quelque chose que, culturellement, la France n’a pas dépassé. Il y a une forme de déni. Et ça concerne toute la Nation.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1610 / 4368547