Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


« Israël pratique une politique d’apartheid »

jeudi 14 juin 2018 par André Rosevègue, Mohamed Najim

Entretien paru dans Sud Ouest le 14 juin 2018, avec Mohamed Najim (AURDIP) et André Rosevègue (UJFP).

Un universitaire pro-palestinien et le représentant local de l’Union juive pour la paix réagissent à la politique israélienne

Sud Ouest : Benjamin Netanyahou a dénoncé en France l’accord sur le nucléaire iranien. Votre avis ?

Mohamed Najim et André Rosevègue [1] : Israël justifie sa politique de conquête territoriale en disant que ses voisins veulent sa disparition. Aujourd’hui, il se réjouit de voir les féodalités arabes, dont l’Arabie Saoudite, converger avec lui dans la croisade contre l’Iran. Sa volonté de pousser les États-Unis à la guerre n’est rassurante pour personne.

L’ambassadrice israélienne à Paris justifie la répression à Gaza. Le Hamas manipule-t-il les Palestiniens ?

Les tirs à balles réelles sur des gens désarmés ont scandalisé le monde. Israël poursuit à marche forcée la colonisation de La Cisjordanie, main¬tient un blocus rigoureux pour Gaza et campe sur un refus de tout « droit au retour » des réfugiés palestiniens, alors que des dizaines de résolutions de I’ONU restent lettre morte. Que le Hamas soutienne la population, composée aux trois-quarts de réfugiés chassés en 1949, puis en 1967, n’enlève rien à la légitimité de la protestation non-violente de celle-ci. Le monde a vu l’armée israélienne commettre un crime contre l’humanité et c’est l’ambassadrice qui traite les victimes de manipulées !

Le Crif, représentant des juifs français, voudrait que Paris reconnaisse Jérusalem capitale Votre réaction ?

Depuis 1947, les résolutions de l’ONU ont confirmé le statut particulier de Jérusalem. Décréter la ville capitale réunifiée d’Israël est une provocation qui ne satisfait que ceux qui veulent un seul État juif sur toute la Palestine historique. Le Crif met de l’huile sur le feu en priant le président Macron de s’aligner sur la position américaine.

Quand les représentants des juifs s’identifient à la politique israélienne et justifient les massacres, ils avalisent l’idée qu’Israël agit en leur nom à tous. Exprimer de l’horreur face à la politique israélienne n’est pas antisémite.

Des militants relancent la campagne BDS de boycott des produits israéliens malgré son interdiction par la France. Quelle est votre position ?

Si l’apartheid a été vaincu en Afrique du Sud, on le doit à la lutte des Noirs eux-mêmes, mais aussi parce que la campagne mondiale de boycott a contraint les gouvernants à lâcher le pouvoir blanc Israël mène une poli-tique d’apartheid et d’épuration ethnique. Les lignes rouges sont franchies. La campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) est la réponse citoyenne non-violente à laquelle appellent la société civile palestinienne et les anticolonialistes israéliens. D’où l’exigence de suspendre la saison culturelle France-Israël et l’accord privilégié de coopération UE-Israël. La France doit cesser de criminaliser une action qui se développe en Europe et aux États-Unis. L’Argentine, qui refuse de jouer au ballon rond avec l’apartheid israélien, montre la voie.

Recueilli par Christophe Lucet

[1Mohamed Najim professeur émérite. Membre de l’Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (AURDIP). André Rosevègue Union Juive Française pour la Paix Aquitaine.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 439 / 3653207