Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Appel à action : Libérez Ahed Tamimi !

vendredi 22 décembre 2017

Publié le 21 décembre 2017, sur le site d’Agence Média Palestine.

Nouvelle mise à jour : Bassem Tamimi a été placé en détention puis relâché par les forces israéliennes aujourd’hui, 20 décembre, alors qu’il assistait à l’audience, au tribunal militaire d’Ofer, pour sa fille Ahed dont la détention a été prolongée au moins jusqu’à lundi.

Signez la pétition

Durant la nuit, lors de raids violents, les forces d’occupation ont appréhendé une cousine de la famille, et une militante de premier plan, Nour Tamimi, 21 ans, dans sa maison familiale à Nabi Saleh. Cela veut dire qu’Ahed et deux membres de sa famille, Nariman et Bassem – tous deux étant à la tête de la défense de la terre à Nabi Saleh – sont actuellement détenus par les forces d’occupation israéliennes.

Mise à jour : la mère d’Ahed, Nariman Tamimi a été arrêtée au moment où elle est allée prendre des nouvelles de sa fille !

Ahed Tamimi a été enlevée ce 19 décembre 2017 à l’aube par les forces d’occupation israéliennes qui ont fait irruption dans sa maison familiale.

Ahed Tamimi, 16 ans, est une célèbre activiste du village palestinien occupé de Nabi Saleh. Son courage et celui de sa famille ont fait le tour du monde entier depuis que le village s’oppose aux soldats israéliens armés, aux confiscations de terres et à l’installation de colonies qui s’emparent des ressources locales – au point que même le puits du village a été confisqué.

Le père d’Ahed, Bassem, a posté sur Facebook qu’Ahed était visée depuis qu’elle avait été attaquée par les médias israéliens pour avoir protesté contre les soldats de l’occupation qui, à Nabi Saleh, avaient abattu un adolescent de 14 ans d’une balle enrobée de caoutchouc dans la tête. Le garçon, Mohammed Tamimi, se trouve actuellement dans un coma artificiel. Bassem Tamimi a déclaré que les militaires avaient fait irruption dans la maison familiale avec une extrême brutalité, qu’ils avaient frappé Nariman Tamimi, la mère d’Ahed, ainsi que ses frères et sœurs, qu’ils avaient également confisqué téléphones, caméras, PC portables et autres appareils électroniques. Ahed a été emmenée vers une destination inconnue par les soldats de l’occupation.

Ahed a acquis une renommée internationale en raison de sa défense des droits des Palestiniens sous l’occupation, et, entre autres, pour avoir pris la défense de son petit frère arrêté par un soldat israélien et avoir protesté contre les confiscations de terres visant Nabi Saleh et d’autres villages à la périphérie de Ramallah. Elle s’est rendue maintes fois à l’étranger, y compris en Turquie, en Afrique du Sud ainsi qu’au Parlement européen, voici quelques mois, lors d’une conférence sur les femmes dans la résistance palestinienne au cours de laquelle elle avait pris la parole aux côtés de Leila Khaled, Sahar Francis et plusieurs parlementaires.

Au début 2017, le visa d’Ahed pour les États-Unis avait été soumis à une « révision administrative » alors qu’elle devait participer à une tournée dans tout le pays en compagnie de l’écrivaine et activiste Nafya Tannous et de la dirigeante religieuse et militante pour la libération des noirs, Amanada Weatherspoon, tournée dont le thème devait être la solidarité entre Palestiniens et noirs et leur lutte commune. En raison de la lenteur des délais et, finalement, du refus du visa, Ahed n’avait pu rallier la tournée prévue.

Photo : Rumbo a Gaza, 2017

Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network dénonce l’arrestation d’Ahed Tamimi, la dernière de plus de 450 Palestiniens arrêtés par les forces israéliennes de l’occupation depuis la fameuse déclaration du président américain Donald Trump disant qu’il reconnaissait Jérusalem comme capitale d’Israël. Issa Qaraqe, de la Commission palestinienne des affaires des prisonniers, a expliqué qu’environ la moitié des personnes arrêtées, comme Ahed, Abdul Khalik Burnat et Fawzi al-Junaidi, étaient des enfants. Actuellement, des centaines d’enfants palestiniens sont emprisonnés en Israël et soumis fréquemment à des séances de coups et violences en tous genres, à des interrogatoires sans la présence de parents ou d’avocats, ce qui constitue une violation de la loi. Nous invitons instamment les personnes conscientes du monde entier à entreprendre des actions pour Ahed et les autres enfants palestiniens emprisonnés dans les centres de détention, centres d’interrogatoire et prisons de l’occupation.

La résistance du peuple palestinien n’a jamais été muselée par des arrestations ni par la répression et nous, dans le monde entier, devons montrer clairement que nous sommes aux côtés du peuple palestinien dans sa défense de Jérusalem, de l’ensemble de ses terres et de sa population. Ceci inclut la solidarité avec les prisonniers palestiniens détenus par Israël dans leur lutte pour leur propre libération, celle de leur peuple et de leur patrie occupée.

Agissez :

1 – Pour les sympathisants aux USA : appelez votre membre du Congrès pour qu’il soutienne la H.R. 4391, la loi pour la Promotion des droits humains par la fin de la détention militaire israélienne des enfants palestiniens. Parlez-lui plus précisément de l’arrestation d’Ahed, et incitez-le à agir pour sa libération. Cliquez ici pour dire à votre membre du Congrès de soutenir le projet de loi. Dites-lui de faire pression sur Israël pour la libération d’Ahed et des autres gosses palestiniens qu’il a mis en détention.

2 – Pour les sympathisants internationaux : appelez vos responsables gouvernementaux et demandez-leur d’agir pour Ahed Tamimi et les autres enfants palestiniens prisonniers, et pour la liberté pour Nariman Tamimi.

Appelez d’urgence les responsables de votre pays :

la ministre des Affaires étrangères d’Australie, Julie Bishop : + 61 2 6277 7500

la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland : +1-613-992-5234

la commissaire de l’Union européenne, Federica Mogherini : +32 (0) 2 29 53516

le ministre des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, Muray McCully : +64 4 439 8000

le secrétaire des Affaires étrangères du Royaume-Uni, Boris Johnson : +44 20 7008 1500

le président des États-Unis, Donald Trump : 1-202-456-1111

Signez la pétition

3 – Appelez l’ambassade israélienne la plus proche et faites-lui savoir que vous êtes au courant de la détention d’Ahed Tamimi à Nabi Saleh et des autres enfants palestiniens prisonniers. Exigez qu’Ahed, sa mère Nariman, et les autres enfants détenus soient immédiatement libérés. Contact information, ici : – https://embassy.goabroad.com/embassies-of/israel4

4 – Joignez-vous à l’une des nombreuses manifestations pour Jérusalem, et distribuez cet envoi et d’autres informations sur Ahed et les prisonniers palestiniens. Faites participer les autres à cette lutte pour la liberté des Palestiniens ! Lancez la campagne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël et les grandes sociétés qui en sont complices, telles HP et G4S.

Source : Samidoun

Traduction : Jean-Marie Flémal pour la Palestine.be et JPP pour l’Agence Média Palestine


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 6862 / 3397314