Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Vous avez aimé les manifestations en cage de juin dernier ? Vous adorerez Gaza en cage

dimanche 16 octobre 2016 par Pierre Stambul, Sarah Katz

Article publié dans la revue "L’Émancipation" n°2 p20

La bande de Gaza est sortie de l’actualité intéressante pour nos médias. Quand, au début de l’été 2014, quelques roquettes inefficaces parties de la bande de Gaza ont effleuré le territoire israélien, la "punition" collective a été terrible.

Plus de 50 jours de bombardements intenses : 2200 mort-e-s en grande majorité des civil-e-s, des centaines de milliers de réfugié-e-s obligé-es de quitter leurs maisons détruites ou occupées, l’essentiel des moyens de production pulvérisés (champs, usines, ateliers, centrale électrique, épuration des eaux...) histoire de définitivement transformer la population en assisté-e-s quémandant aide et nourriture. Les médias ont "respecté" l’ordre israélien de ne pas se rendre à Gaza et de ne pas témoigner.

On ne les voit plus et on ne les entend plus.

L’Occident a applaudi le massacre comme il a applaudi et soutenu le blocus. Israël est un allié fiable qui donne l’exemple. C’est l’avant-garde de l’Occident "civilisé" qui clame que les Palestiniens en général et le Hamas en particulier sont des terroristes.

En Israël/Palestine, on re-colonise, on enferme, on terrorise, on liquide sans jugement, on construit des super-prisons. Là-bas, l’état d’urgence n’est pas une nouveauté, il est permanent. Là bas, on expérimente un nouveau modèle "social" qui sera peut-être bientôt celui qu’on appliquera aux quartiers, à Notre-Dame-des-Landes ou aux vilains gauchistes.

Joyau des joyaux, il y a là-bas le plus grand camp du monde : Gaza, 1 900 000 habitants sur 360 Km2, véritable laboratoire à ciel ouvert.

Dis-moi comment tu m’enfermes, je te dirai qui tu es

Il est devenu extrêmement difficile pour des militant-e-s de la solidarité avec la Palestine de se rendre à Gaza. Depuis le coup d’État du Maréchal Sissi, la frontière de Rafah avec l’Égypte leur est de fait fermée. Reste Erez, frontière avec Israël. Nous avons pu la franchir et séjourner à Gaza du 23 mai au 9 juin. Il est encore trop tôt pour savoir si ce type de voyage pourra se renouveler, tant les obstacles sont nombreux.

Au Nord et au Sud de la bande de Gaza, le Mur est en béton, très haut et hérissé de tours. Le passage à pied à Erez est un dédale qui se termine par un très long couloir grillagé. L’ambiance est donnée.

Sur toute la partie Est, la frontière est barbelée avec des engins blindés israéliens qui patrouillent en permanence. De l’autre côté du barbelé, les exploitations agricoles israéliennes sont luxuriantes. Les Israéliens tirent tellement sur la nappe phréatique que celle-ci à Gaza est envahie par l’eau de mer et devient impropre à toute consommation. Régulièrement, le barbelé est redoublé par des tours. Dans la guerre moderne, il n’y a plus besoin d’être physiquement présent pour donner la mort. Tout comme les drones, ces tours sont commandées à distance. Tranquille dans son fauteuil à des Km de là, un-e anonyme joue (comme on joue sur internet) à viser et à tuer. En toute impunité.

Il reste à Gaza 1/5 de la superficie constituée de terres agricoles. Les paysan-ne-s jouent un rôle essentiel pour nourrir la population. Pour eux/elles, il est décisif de pouvoir cultiver jusqu’à la "barrière de sécurité" (il est pas beau le langage des geôliers ?). Entre les massacres de Plomb Durci (2008-9) et Bordure Protectrice (2014), depuis ces tours automatisées, l’occupant a tué 150 paysan-ne-s et quelques milliers d’ânes qui, comme chacun sait, sont aussi des dangereux terroristes.

Reste 40 Km de côte. La mer et les plages sont belles, très fréquentées. Mais la laideur n’est jamais loin. Le port de Gaza a été souvent détruit et partiellement reconstruit. Toutes les tentatives des flottilles internationales pour briser le blocus ont été violemment réprimées, l’armée israélienne s’arrogeant le droit d’intervenir dans les eaux internationales et d’arrêter tout le monde, même des personnalités. Pourquoi se gêner puisqu’il n’y a pas de sanctions ? On peut voir sur le port de Gaza le monument à la mémoire des 10 Turcs tués en 2010 sur le Mavi Marmara, ce qui n’a pas empêché Erdogan de "normaliser" ses relations avec Israël.

La pêche est une activité traditionnelle à Gaza depuis l’Antiquité. Elle est aujourd’hui ruinée. Depuis la côte, on peut voir les bateaux de guerre israéliens roder. Alors que l’occupant n’a jamais trouvé le moindre objet suspect sur ces bateaux, il a édicté des règles terribles : les zones frontières sont interdites à la pêche ; ailleurs, c’est 11 Km maximum, un peu plus au centre de la bande de Gaza. Sauf qu’aussi près d’une côte sablonneuse, il n’y a quasiment pas de poisson. L’occupant viole de toute façon ses propres règles puisque la plupart des attaques contre les bateaux de pêche ont lieu près de la côte. Ces dernières années, les pêcheurs ont eu de nombreux morts, des centaines de bateaux endommagés, détruits ou confisqués. Et ils nous ont signalé des cas de torture.

La cage de Gaza est hermétique.

La division palestinienne, une grande victoire de l’occupant

Le projet sioniste, ça a toujours été de faire des Palestiniens les Indiens du Proche-Orient. Les expulser ou les enfermer dans des réserves. Les fragmenter, leur donner à tous des statuts différents. La division entre Gaza et la Cisjordanie était programmée et réalisée dans les faits depuis longtemps, bien avant la prise de pouvoir du Hamas à Gaza.

Les accords d’Oslo ont fonctionné comme un piège. La Palestine n’a pas d’État mais elle a deux gouvernements rivaux qui, qu’ils le veuillent ou non, cumulent ce qui est la plaie de beaucoup de sociétés dominées : corruption, clientélisme, gabegie.

Pour les dirigeants israéliens, l’essentiel est de ne pas avoir de partenaires pour la paix. Si jamais il y en a un de crédible, il sera humilié, emprisonné ou tué. Quand la plupart des combattants palestiniens étaient laïques, nationalistes et/ou marxistes, l’occupant a favorisé l’ascension de l’islam politique. Et quand le Hamas est devenu puissant, l’occupant a commencé à assassiner ses dirigeants un à un.

"L’évacuation" de Gaza décidée par Ariel Sharon en 2005 a été un "trait de génie". Elle a précipité la division de la Palestine qui avait été maintenue unie par l’OLP avant Oslo. La victoire militaire du Hamas en 2007 contre le Fatah l’incite à essayer de faire de Gaza un État islamique en miniature et à se montrer autoritaire face à une population auprès de laquelle il est de plus en plus impopulaire.

Pour l’occupant, les accords d’Oslo avaient pour finalité entre autres de déléguer aux Palestiniens le fait d’assurer "la sécurité de l’occupant". L’Autorité Palestinienne n’est plus seule à accepter de jouer ce rôle. Le Hamas aussi contrôle de plus en plus ceux qui seraient tentés d’attaquer l’occupant. Le président du syndicat des pêcheurs de Khan Younis nous a même raconté cette histoire incroyable : la marine israélienne repère un bateau de pêcheurs dans une zone qu’elle veut arbitrairement interdire. Elle communique son immatriculation au ministère chargé de la pêche à Ramallah. Celui-ci la communique au ministère à Gaza (donc le Hamas). La police arrête les pêcheurs et confisque le bateau.

La désunion, le fait d’avoir deux gouvernements et pas d’État, c’est pire que tout. C’est même parfois caricatural : ainsi l’université al Aqsa a deux doyens, nommés par les deux gouvernements.

Quand le Hamas a pris le pouvoir, les fonctionnaires (payés par Ramallah) se sont mis en grève. Il y a eu un accord sur les fonctionnaires de santé et d’éducation. Ils travaillent et sont payés par Ramallah. Les autres fonctionnaires ne travaillent pas, et s’ils le font, ils cesseront d’être payés. De son côté, le Hamas a recruté de très nombreux fonctionnaires (surtout des policiers et des militaires) sur une base clanique et partisane.

Il y a eu brièvement en 2014 un gouvernement d’union nationale et c’est en partie, pour y mettre fin que les Israéliens ont attaqué. En deux mois d’existence ce gouvernement de technocrates, s’inspirant des recettes du FMI, aura eu le temps de liquider la préparation aux concours d’enseignement.

Ce gouvernement a éclaté sur deux points principaux : le contrôle des frontières et le paiement des fonctionnaires.

Nous avons entendu longuement le point de vue de dirigeants des deux grands partis. Pour le Fatah (qui a une existence semi-légale à Gaza, il ne peut pas manifester), le Hamas est corrompu, il a construit une économie parallèle qu’il contrôle. Il est à la tête de nombreux trafics. Pour le Hamas, l’Autorité Palestinienne est un auxiliaire de l’occupant qui porte la responsabilité de la pénurie d’électricité (6 à 7 heures de courant par jour en moyenne) en taxant à 300% le fuel de la centrale électrique.

Les autres partis (essentiellement le Jihad Islamique et le FPLP) ont proposé des médiations qui n’ont pas abouti. Alors que la population vomit cette division qui provoque la colère, celle-ci continue probablement parce que l’intérêt des deux partis rivaux prime sur celui de la population.

Une société très diverse

Si vous entendez quelqu’un dire : "les Palestiniens pensent que ...", vous pouvez lui rire au nez. Nous avons eu quasiment autant d’avis que d’interlocuteurs/trices.

Les gens n’ont pas peur de parler à Gaza. Dès qu’on prend un taxi, le chauffeur nous dit pour qui il est. Malgré de nombreuses tentatives de mises au pas de la société (parfois abouties notamment dans le domaine des mœurs et de la mixité), celle-ci résiste.

Quand nous avons rencontré au Parlement deux députés du Hamas, ceux-ci nous ont assuré que la peine de mort n’était plus appliquée. Le lendemain, trois condamnés de droit commun étaient exécutés. Cette mise à mort a été très sévèrement critiquée par de nombreuses personnes et par les associations de droits de l’homme.

Prenons la question un État/deux États. On trouvera à peu près autant d’avis pour chacune des deux positions mais surtout une très grande diversité à l’intérieur de ces deux positions. Pour le FPLP, il faut un État unique "où musulmans, chrétiens, juifs et athées auraient les même droits". Mais une militante du FPLP a ajouté que le drapeau serait palestinien. Pour le Jihad Islamique, dans cet État, seuls les Juifs déjà présents en Palestine en 1948 pourraient rester. Comme nous avons fait remarquer que la plupart des Juifs israéliens étaient nés en Israël, notre interlocuteur a concédé qu’on pourrait négocier sur leur cas.

Chez les partisans de deux États, personne ne se montre triomphant. Le Fatah admet qu’Oslo est mort et qu’il faut accepter deux États parce que "le monde est mauvais" et que c’est tout ce qu’il concède aux Palestiniens. Dès qu’on parle du droit au retour des réfugié-e-s, tout le monde à Gaza (où la population comprend 75% de réfugié-e-s, chassé-e-s de toute la région Sud d’Israël) dit que ce droit est imprescriptible. Du coup, les partisans de deux États reconnaissent que ce droit n’a pas de sens dans le cadre de deux États et donc que le conflit ne pourra pas se terminer avec la création d’un État palestinien réduit à 22% de la Palestine historique.

Quand on pose la question « pourriez-vous vivre avec les Juifs ? », là encore on a toutes les réponses. Certains évoquent l’Islam : « on a toujours vécu avec les Juifs, c’est écrit dans le Coran, c’est avec l’occupation qu’on a des problèmes ». Les plus âgés, qui ont travaillé en Israël, en parlent comme le moins mauvais moment de leur vie, ils avaient des salaires et étaient libres de se déplacer à l’intérieur d’Israël/Palestine. Pour les moins de 25 ans qui ont connu trois guerres et ne sont jamais sorti-e-s de la cage, il n’y a pas de différence entre juif et israélien et la réponse fuse : « comment pouvez-vous poser une question pareille ? ». Pour eux, Gaza c’est l’enfer, la seule différence réside entre ceux qui veulent sortir momentanément et ceux qui veulent partir définitivement.

La résilience

Comment ne pas craquer dans une telle situation ?

On sent qu’une partie de la population est au bord de la rupture. Ce qui lui permet de tenir, ce sont de très nombreuses formes de solidarité. Solidarité familiale qui fait que, malgré l’existence de grandes zones de pauvreté, on ne meurt pas de faim et il y a très peu de mendicité. Un seul salaire faire vivre de nombreuses personnes. Redistribution aussi : de nombreuses petites associations viennent en aide aux plus démuni-e-s. Ça peut être une aide en colis alimentaires, ou en générateurs électriques pour ne pas subir les coupures.

Les réfugiés reçoivent un peu d’aide de l’UNRWA (l’office des Nations Unis) en terme de maigre aide alimentaire ou de scolarisation des enfants, même s’il est clair que, libéralisme oblige, cette aide décline. Ainsi l’UNRWA propose que les effectifs maximums en classe passent de 36 à 55.

La population originaire de Gaza a des terres et des maisons. Il existe encore dans les zones rurales une société traditionnelle structurée par des mokhtars, sorte de juges de paix, qui organisent une forme d’expression collective et portent les revendications aux autorités. Une des revendications c’est d’avoir de l’électricité pour pouvoir pomper l’eau des forages et sauver les récoltes.

La guerre de 2014 a provoqué d’énormes dégâts et la reconstruction est très lente car c’est l’occupant qui contrôle (et souvent interdit) l’arrivée des matériaux. Deux ans plus tard, une partie de la population vit toujours dans des algécos surchauffés. Le premier réflexe, dès le cessez-le feu, a été de remettre en état l’appareil économique et en particulier les champs. Gaza est quasiment autosuffisant en fruits, légumes et poulets. Une grosse association comme l’UAWC (Union des Comités de travailleurs Agricoles, issue du FPLP) organise une reconstruction écologique qui économise l’eau, l’électricité et les engrais tout en permettant aux agriculteurs d’être autonomes en terme de semences. Une autre grosse association, le PCHR (Centre Palestinien des Droits de l’Homme), dénonce toutes les violations commises par l’occupant, mais aussi par un des deux gouvernements rivaux. On sent une énorme volonté de ne pas devenir un peuple d’assisté-e-s dépendant du bon vouloir de la « communauté internationale ».

Comme dans le reste de la Palestine, un énorme effort est consacré à l’éducation. Il n’y a pas d’illettrisme à Gaza (contrairement à l’Égypte voisine). Comme le système éducatif ne prévoit rien en terme de crèches, jardins d’enfants ou activités périscolaires, c’est la société civile qui s’organise avec de très nombreux/ses bénévoles pour encadrer les enfants.

Il y a 6 universités et 100 000 étudiant-e-s à Gaza. Malgré l’effort de ces universités pour offrir des formations pratiques, la très grande majorité des diplômé-e-s ne trouvent pas d’emploi. Ils/elles acceptent alors souvent de travailler gratuitement pour pallier les manques de la société.

Pourquoi ce travail gratuit dont bien des libéraux rêveraient chez nous ? Pour se rendre utile à la société, pour acquérir de l’expérience, pour se tenir prêt-e si un jour il y a du travail.

BDS et encore BDS

Les individus, les associations, les partis, tout le monde espère beaucoup du BDS. Avec une colère contre les gouvernements occidentaux qui essaient de le criminaliser. À Gaza, l’économie est « captive » mais le BDS demande de ne pas acheter israélien quand le choix existe.

Les militant-e-s pour le BDS à Gaza sont surtout engagé-e-s sur le boycott culturel et universitaire. Ils/elles sont très à l’écoute de ce qui se fait chez nous. Ne les décevons pas ! Et n’oublions pas qu’en soutenant la Palestine, nous nous battons aussi contre un modèle de société carcérale qui arrive chez nous.

Sarah Katz et Pierre Stambul


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2208 / 1975592