Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Haine de l’Occupation, pas des Juifs

dimanche 31 janvier 2016 par Gideon Levy

Les attaquants palestiniens choisissent la violence comme moyen de résister à une violence pernicieuse, celle de l’occupation.

Gideon Levy – 27 janvier 2016 - Haaretz

La salle glauque bouillait d’une colère rentrée, qui se voyait pourtant sur les visages sombres de dizaines d’hommes présents. C’était une semaine de deuil dans le village palestinien reculé d’al-Karmil dans les collines au sud de Hebron, après le meurtre de Roukaia Abou Aîd, une fille qui n’avait même pas 14 ans. Elle a été tuée par un garde qu’elle a tenté de poignarder à l’entrée de la colonie d’Anatot. Dans les media israéliens elle a été désignée, sans sourciller, par « une terroriste de 13 ans ». Le père en deuil a d’abord refusé de nous parler. « De quoi aurais-je à parler avec les Israéliens qui ont tué ma fille ? ». Il neigeait en chemin et le brouillard régnait autour de la salle où se tenait le deuil. À l’intérieur, fureur et froid. Après quelques minutes, l’atmosphère s’est un peu détendue et le père, Aïd, a accepté de parler. Il a lié l’acte de désespoir de sa fille à la réalité de la vie sous occupation. « Chaque petit enfant voit bien les crimes » a-t-il dit.

En Israël ils ont choisi d’adopter la version de la mère de la fille, selon laquelle Roukaia aurait quitté la maison avec un couteau après une dispute avec sa sœur. En Israël ils ont aimé cette explication qui n’évoque ni l’occupation ni aucune autre absurdité de ce genre. Une querelle familiale. Nous n’avons joué aucun rôle dans le déroulement des faits. Même l’idée que toute Palestinienne sait que si elle se risque simplement hors de chez elle, un couteau à la main, elle sera tuée par balles par des Israéliens, cette idée ne choque personne ici.

Les dizaines de Palestiniens, jeunes hommes et femmes qui se sont résolus au cours des derniers mois à tuer des Israéliens ne l’ont pas fait « parce qu’ils sont juifs » comme aime à le présenter la propagande israélienne, avec une référence insistante (en général) à l’Holocauste et aux persécutions des Juifs. Ils se donnent pour but de tuer les conquérants. Ils choisissent la violence comme moyen de résister à une violence plus pernicieuse, celle de l’occupation. Ils voulaient blesser des Israéliens, des soldats et des colons en particulier, à cause de l’occupation et non parce qu’ils sont juifs. La judéité n’a rien à voir là-dedans. Pour les Palestiniens, il n’y a pas de différence entre soldats selon qu’ils sont juifs, druzes ou bédouins et un colon de la tribu de Manassé.

La tentative de faire passer toute résistance palestinienne violente comme de la persécution de Juifs parce qu’ils sont juifs est de toute évidence conçue pour mobiliser la sympathie dans le monde pour la victime, ultime, la seule et l’unique, le Juif, tout en dissimulant la vraie victime de l’histoire de l’occupation israélienne. Le conquérant comme victime et la seule victime de cette situation, dans une distorsion complète de la réalité. Il y a là aussi des objectifs internes : les Israéliens aiment avoir le rôle de victimes. Cela les unit, cache les motivations véritables des Palestiniens, estompe la culpabilité et libère Israël de sa responsabilité.

On n’a pas à justifier le terrorisme palestinien pour comprendre cela. Quasiment chaque visite rendue à une famille palestinienne en deuil livre le même tableau. Depuis des années, je suis étonné de la façon dont un journaliste israélien y est reçu, sans que quiconque ne sache qui il est ni ce qu’il représente, seulement quelques heures après l’enterrement. Comment un journaliste palestinien serait-il reçu dans une maison en deuil après une attaque terroriste palestinienne ?

Les mots se répètent : « Nous ne haïssons pas les Juifs, nous haïssons l’occupation ». Parfois, ils peuvent dire « nous haïssons le gouvernement » et, dans des cas extrêmes « nous haïssons les sionistes ». Pas les Juifs. Oubliez l’antisémitisme et la haine des Juifs. Rappelez vous l’occupation. Dans la plupart des cas, celle de 1967, parfois celle de 1948, en particulier dans les camps de réfugiés.

À l’idée que des dizaines de Palestiniens se sont déjà résolus à pratiquer spontanément des attaques au couteau ou à la voiture bélier, avec des centaines d’autres, peut-être des milliers ou des dizaines de milliers qui y pensent aussi, une réflexion aurait dû se développer en Israël. Pas celle d’une victime encore attaquée mais la prise en considération de ce qui amène des enfants désespérés et des adultes à commettre ces actes, tout en sachant que leurs chances de s’en sortir sont maigres. Mais cela pourrait soulever des questions que les Israéliens évitent comme le feu. La petite Roukaia voulait se suicider à cause de sa sœur ou juste tuer des Juifs parce qu’ils sont juifs. Il n’y a pas d’autre explication possible.

Traduction SF pour l’UJFP


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3011 / 1358946