Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Contre l’union sacrée, pour une union antiraciste et populaire

dimanche 22 février 2015

Les attaques contre Charlie-Hebdo et un Hyper Cacher ont soulevé une immense émotion que nous partageons. Mais elles ont été aussi le prétexte à une nouvelle offensive « sécuritaire » contre les populations des quartiers populaires, contre tous ceux qui refusent l’ordre dominant. Elles sont aussi l’occasion de restreindre les libertés, de justifier des opérations militaires à l’étranger.

Cette offensive menée au nom d’une mythique « unité nationale » est une machine à diviser ceux qui devraient être unis et à unir ceux qui devraient être divisés. Réunir en seul camp les classes dominantes de France et les Français qu’elles exploitent pour les opposer aux populations issues de l’immigration, à celles qui se disent ou sont dites “musulmanes”, aux quartiers populaires : tel est l’objectif de l’unité nationale que l’on tente de nous imposer en instrumentalisant l’émotion.

Cette offensive nécessite une riposte unie de tous ceux qui sont non seulement attachés à la liberté d’expression mais refusent aussi l’ordre injuste, notamment le racisme d’État (anti Musulmans, Noirs et Rroms), l’antisémitisme, les intolérables inégalités sociales et les guerres.

Contre l’injonction binaire « si vous n’êtes pas solidaire de Charlie et des valeurs positives inhérentes au monde occidental, c’est que vous êtes solidaire des terroristes et des valeurs négatives inhérentes au monde musulman », si vous n’affirmez pas publiquement que vous êtes d’accord avec les autorités bien pensantes de ce pays c’est que vous êtes contre ce pays.

Contre la chasse ouverte au terroriste réputé sommeiller en tout musulman, voire en tout arabe, en tout noir, en tout métèque, avec son cortège d’agressions et de délations, y compris le fichage des élèves par les enseignants, et qui fait que nombre de musulmans et surtout de musulmanes ont peur dans la rue.

Contre la tentative de criminaliser ceux qui dénoncent l’islamophobie.

Contre les lois sécuritaires visant à museler ceux qui mettent en évidence et veulent déconstruire les racines structurelles, la construction politique, socio-économique et culturelle du racisme d’État.

Contre l’offensive libérale de grande ampleur qui se traduit en France par l’adoption de la loi Macron et l’accentuation des politiques d’austérité dont les premières victimes sont les couches populaires.

Contre la logique du « nous sommes en guerre » et contre les interventions militaires à l’étranger, notamment au Proche-Orient et en Afrique et la poursuite de l’oppression du peuple palestinien, qui alimentent la violence notamment contre les juifs associés abusivement au projet sioniste par les défenseurs d’Israël et par les antisémites.

Pour la liberté égalitaire de s’exprimer, de contester et de dénoncer tous les racismes, notamment le racisme d’État.

Pour la confrontation politique des idées et des analyses sur ces sujets qui fâchent – et où se combinent bien des préjugés et rapports de domination.

Pour le droit de condamner le crime sans pactiser avec ceux qui nous oppriment et veulent nous réduire à merci.

Pour que des femmes, des hommes, des enfants n’aient pas à raser les murs ou à accepter avec contrition une vindicte haineuse.

Pour pouvoir démonter, expliquer, déjouer le piège de la prétendue union sacrée.

Pour pouvoir construire ensemble une société où invoquer la liberté et l’égalité ne servirait pas qu’à camoufler la domination.

Les signataires appellent à construire une riposte collective en opposant l’Union antiraciste et populaire à l’Union sacrée et en s’efforçant de traduire leurs orientations dans les cités, les quartiers, les lieux d’éducation et de travail, les luttes contre les contrôles au faciès et le fichage des enfants “rétifs”, pour les droits sociaux et politiques égalitaires, en multipliant les formes d’auto-organisation des populations concernées.

Ils s’engagent à se mobiliser de manière convergente lors des prochaines semaines et prochains mois pour s’opposer à la division, au racisme d’État et aux guerres.

Signatures collectives :

Fondation Frantz Fanon

MTE (Mamans Toutes Egales)

BAN (Brigade Anti Négrophobie)

PIR (Parti des Indigènes de la République)

FUIQP (Front uni des immigrations et des quartiers populaires)

CFPE (Collectif Féministe Pour l’Egalité)

IJAN (International Jewish Antizionist Network)

Respaix Conscience Musulmane

Les Indivisibles

La Voix des Rroms

UJFP (Union Juive Française pour la Paix)

Quartiers Nord, quartiers forts (Marseille)

Collectif féministe 8 Mars Pour Toutes

Collectif Toi plus moi, plus ma maman

Femmes en lutte 93

Collectif des Enseignants Pour l’Abrogation des Lois islamophobes (CEPAL)

Collectif Palestine Libre (Toulouse)

Capab (Collectif Anti-fasciste Paris Banlieue)

Sud éducation Créteil

Collectif femmes révoltées (Toulouse)

Collectif les mots sont importants (LMSI)

NPA

Femmes plurielles

Revue Z


Signatures individuelles :

Ismahane Chouder (secrétaire générale de la commission Islam et Laïcité, coprésidente du CFPE, PSM)

Ndella Paye (MTE)

Sihame Assbague (Porte-parole du Collectif Stop le contrôle au faciès)

Said Bouamama (Sociologue, FUIQP)

Said Branine (Oumma.com)

Rocé (Rappeur)

Disiz (Rappeur)

Alain Gresh (Journaliste)

Rokhaya Diallo (Journaliste)

Catherine Samary (Militante altermondialiste)

Farid Bennaï (FUIQP, ASEFRR, Ensemble)

Madjid Messaouden (Elu Front de gauche)

Mohamed Jaite (AMDH Paris)

René Monzat (Auteur)

Kamel Djellal (Président et fondateur du Collectif Citoyen)

Houria Bouteldja (PIR)

Youssef Boussoumah (PIR)

Michaël Lowy (Sociologue, CNRS)

Michèle Sibony (UJFP)

Ivar Ekeland (Ancien Président de l’Université Paris-Dauphine)

Fabienne Haloui (PCF)

Eric Hazan (Editeur)

Mohamed Bensaada (Quartiers Nord, quartiers forts)

Ahmed Abbes (Directeur de recherche au CNRS)

Marie-Hélène Bourcier (Sociologue, professeur Lille 3 et activiste queer)

Antoine Boulangé (Enseignant, membre d’Ensemble-FDG, Vitry sur Seine)

Mireille Fanon Mendès-France (Expert à l’ONU)

Omar Benderra (Comité International de Soutien aux syndicats autonomes Algériens)

Laurent Lévy (Militant du mouvement Ensemble ! – Front de Gauche)

Sonia Dayan-Herzbrun (Professeure émérite à l’Université Paris Diderot-Paris 7, Présidente de la Commission Islam et Laïcité)

Maximilien Sanchez (Conseiller Municipal délégué à la Jeunesse de Gentilly)

Eleni Varikas

Didier Lestrade (Militant associatif)

Danièle Obono (Antiraciste/altermondialiste, Ensemble ! Front de gauche)

François Burgat (Politologue)

Georges Gumpel (UJFP)

François Gèze (Editeur)

Geneviève Rail (Ph.D., Directrice de l’Institut Simone-De Beauvoir, Montréal, Canada)

Evelyne Perrin (Militante associative)

Anne Larue (Professeure à l’université Paris 13)

Laurent Gabaroum (Syndicaliste)

Sarah Benichou (Collectif féministe 8 Mars Pour Toutes)

John Mullen (militant Ensemble, Montreuil)

Véronique Gallais (militante associative, actrice de l’ESS)

Mohammed Ben Yakhlef (Co animateur de Respaix Conscience Musulmane, Secrétaire Général de l’Association Cultuelle Musulmane de Villeneuve Saint Georges)

Insaf Chebaane (Conseillère municipale Front de Gauche Villeneuve-Saint-Georges)

Omar Cheriguene (Conseiller municipal Front de Gauche Villeneuve-Saint-Georges)

Nadia Ben Moussa (Conseillère municipale Front de Gauche de Villeneuve Saint Georges)

Christine Delphy (Sociologue)

Karine Parrot (Professeure de droit à l’université)

Alice Dula (CFPE)

Gustave Massiah (Militant altermondialiste)


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 483 / 1539046