Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Pour la liberté d’expression, en soutien à Houria Bouteldja

jeudi 11 octobre 2012

Le 15 octobre 2012, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des
Indigènes de la République (PIR) comparaîtra devant la cour d’appel de
Toulouse. Elle est poursuivie pour « injure raciale contre les français »
par l’Agrif, une organisation d’extrême-droite.

La raison ? La militante anti-raciste a utilisé le terme de « souchien » en
référence aux partisans de l’expression « français de souche », néologisme que l’extrême-droite xénophobe s’est empressée d’orthographier « sous-chiens » afin de prêter une pensée raciste anti-blancs à la porte-parole du PIR. L’AGRIF cherche à obtenir par ce procès la première condamnation d’une militante politique pour « racisme anti-blanc ». Le 14 décembre 2011, Houria Bouteldja a été relaxée, le juge estimant que la catégorie « français de souche » “n’est en aucun cas un acquis validé par la recherche scientifique”. Sans surprise, l’AGRIF a fait appel du jugement. Le parquet, qui pendant le procès avait requis la relaxe, a finalement fait appel en début 2012. Par conséquent, Houria Bouteldja sera jugée à nouveau par la Cour d’appel de Toulouse le 15 octobre 2012.

La justice française, qui a jugé recevable la plainte de l’Agrif, se rendra-
t-elle complice des combats de l’extrême-droite contre la liberté
d’expression ?

Nous dénonçons la conception raciale de l’identité française de l’AGRIF
et de ses soutiens. Par ses recours répétés à la justice, l’ancien élu
FN Bernard Anthony prétend défendre les français de souche, victimes
d’un douteux « racisme anti-français ou anti-blancs ». Son combat
idéologique est soutenu par plusieurs organisations et personnalités
médiatiques. Ainsi, début 2012, Riposte laïque a demandé à Claude
Guéant que Bouteldja soit déchue de sa nationalité et expulsée de
France.

La « lepénisation des esprits » avance. Par une dérive, les organisations antiracistes et progressistes sont devenues la cible de l’extrême-droite.

Nous ne pouvons pas laisser l’extrême-droite occuper l’espace
politique et tenter d’entraver la liberté d’expression voire d’y mettre fin,
ni développer la haine xénophobe en criminalisant la parole politique.
Au-delà de nos divergences d’analyse, nous, signataires de cet appel,
appelons l’ensemble des citoyen(ne)s, syndicats, associations et parti
progressistes à se mobiliser pour la défense de la liberté d’expression,
condition nécessaire de l’existence même de nos combats.

Premiers signataires : UJFP, NPA 31, FSU 31, EELV Midi-Pyrénées,
UAT, Gauche Anticapitaliste, ETM 31, ESMA, COUAC, Déchoukaj,
Sud-Etudiant Mirail, Tactikollectif, Comité de soutien à Andrès,
Générations spontanées contre le racisme et l’ islamophobie,
Convergences et Alternative, Collectif Palestine Libre, Comité
toulousain du MRAP, LDH Section Toulouse, Comité 31 du
Mouvement pour la paix.


Rendez-vous

  • Pour la liberté d’expression, en soutien à Houria bouteldja 
    Le lundi 15 octobre 2012 à 12h30
    Devant le Tribunal de Grande Instance

    Toulouse


    Rassemblement


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 235 / 806549