Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Communiqué de presse du Freedom Theatre (Théâtre de la Liberté) du camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie

mercredi 6 juin 2012 par Freedom Theatre

Le 6 juin 2012 à 3h36 du matin

A environ 3h15 du matin l’armée israélienne est entrée au domicile de Nabil Al-Raee, directeur artistique du Freedom Theatre, et l’a emmené vers une destination inconnue.

JPEG - 82.6 ko
Nabil Al-Raee

La femme de Nabil, Micaela Miranda explique ce qui s’est passé : « Le chien s’est mis à aboyer à l’extérieur et j’ai vu des soldats qui sautaient par-dessus la barrière et entraient dans le jardin de la maison. Ils ont demandé mon mari et je leur ai demandé pourquoi, c’est mon droit de savoir et c’est chez moi. Les soldats ont répondu qu’ils n’allaient pas me le dire. Alors ils ont pris Nabil, l’ont mis dans une jeep de l’armée et ont démarré et sont partis. Nous sommes très inquiets parce que nous ne savons pas où ils l’ont emmené ni pourquoi ».

Jonatan Stanczak, directeur du Freedom Theatre raconte : "J’habite à l’étage au dessus de Nabil, quand j’ai entendu ce qui se passait j’ai essayé de descendre pour parler aux soldats parce que je parle hébreu. La maison était encerclée par des soldats israéliens masqués et trois d’entre eux ont immédiatement pointé leur arme vers moi et m’ont fait rentrer à reculons dans la maison. »

Des tentatives ont aussitôt été faites pour contacter le bureau de coordination du district de l’armée israélienne, mais en vain.

Plus de la moitié des employés du Freedom Theatre ont été appelés récemment à des interrogatoires par l’armée israélienne, y compris Nabil Al-Raee. Tous se sont présentés à ces rendez-vous tels qu’ils étaient prévus et, bien qu’intimidés et même menacés, ils ont répondu aux questions posées au mieux de ce qu’ils savaient.

Jonatan Stanczak continue : « Je ne comprends pas pourquoi ils font ça alors qu’ils savent qu’ils auraient pu simplement appeler Nabil par téléphone et il serait venu répondre à toutes leurs questions ou préoccupations. Cela s’est déjà produit tant de fois par le passé que je vois une seule explication : un harcèlement continu exercé par l’armée israélienne sur les employés du Freedom Theatre et leur famille. »

Au moment de la rédaction de ce communiqué on ne sait pas encore si d’autres membres du Freedom Theatre ont été pris pendant la nuit, plusieurs d’entre eux appelés au téléphone n’ayant pas répondu.

Pour plus d’informations Jonatan Stanczak, directeur du Freedom Theatre est joignable ici : jonatan@thefreedomtheatre.org et au+972-(0)599-017-654

Micaela Miranda est joignable ici : micaela@thefreedomtheatre.org et au +972-(0)597-016-230.

(traduction ATLJ)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 215 / 512836