Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Les étudiants de l’université de Tel-Aviv commémorent la « Nakba »

mercredi 23 mai 2012

Les étudiants de l’université de Tel-Aviv bravent la loi israélienne et commémorent la « Nakba », la catastrophe du peuple palestinien provoquée par la création de l’État israélien.

La commémoration qui s’est tenue ce lundi 14 mai à l’Université de Tel-Aviv est historique. Au lieu de fêter la journée d’indépendance d’Israël, les étudiants ont organisé une initiative pour se souvenir de la Nakba, soit la catastrophe vécue par un peuple palestinien, déraciné et dépossédé, après la création de l’État israélien en 1948.

Article AC pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/ et pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Organisée place Antine, à l’entrée de l’université, cette cérémonie est une initiative des étudiants du Hadash, cette coalition menée par les communistes, mais a su rassembler large puisque près d’un millier d’étudiants, juifs et arabes, sont venus se souvenir de ce moment douloureux de l’histoire du peuple palestinien.

Un acte courageux car depuis la « Loi sur la Nakba » adoptée en mars par la Knesset, toute commémoration de la journée d’indépendance Israélienne comme un jour de deuil est un délit.

Devant la mobilisation étudiante, l’Université a toléré cet événement tout en y posant des conditions draconniennes : refus de l’emplacement initial près du bâtiment des sciences sociales, rémunération des agents de sécurité de l’université par les étudiants, ou encore interdiction d’afficher des posters, signes distinctifs ou des drapeaux.

La cérémonie s’est déroulé de façon sobre avec la lecture d’un poème de l’écrivain Palestinien Mahmoud Darwich, une minute de silence, et une lecture alternative de la prière « Yikzor », réservée traditionnellement aux soldats morts au front.

Elle n’a été perturbée que par une contre-manifestation organisée par une petite centaine de militants de l’extrême-droite sioniste qui ont insulté les manifestants, leur lançant des « Retournez en Syrie », « Non à l’islam fasciste » ou encore « Traîtres de gauchistes ».

Toutefois, la manifestation, par son nombre et son caractère œcuménique n’en fut pas moins une réussite. Car la commémoration n’a pas été conçue comme une manifestation communautaire, mais bien comme une démonstration d’unité entre Juifs et Arabes autour d’une catastrophe humaine :

« Il s’agit d’une idée nouvelle, une cérémonie dans un cadre universitaire pas seulement pour les étudiants Arabes mais pour tout le monde », déclarait avant l’initiative Safi Kadaan, étudiant en sociologie et un des organisateurs.

« Nous parlons d’une catastrophe dont toute l’humanité doit être consciente. Le contexte historique sera présenté lors de la cérémonie, aucun hymne ne sera joué, car il s’agit d’une question humaine, pas seulement d’une question nationale. », a ajouté Safi Kadaan.

Autre organisatrice de l’initiative, membre du Comité central du PC d’Israël, Noa Levy, étudiante en droit, abonde dans le même sens, insistant sur la reconnaissance de cette tragédie :

« L’idée derrière la cérémonie, c’est qu’il y ait une reconnaissance concrète des souffrances et de la douleur qu’a causé le gouvernement à ces gens qui vivaient sur ces terres. C’est moins une question politique-nationale, et plus une question de reconnaissance de la tragédie qui s’est déroulé ici ».

L’occasion de conclure pour elle sur la nécessité de renforcer l’unité entre Juifs et Arabes contre les partisans du statu quo colonialiste :

« Chaque année, diverses formations politiques organisent des initiatives centrées sur la Nakba, dans une tentative d’en faire le point central des relations entre Juifs et Arabes dans le coin. Ce qui n’a jamais été fait, et l’heure est venue de le faire, c’est de commémorer la Nakba d’une autre façon, la rendant accessible au public Israélien – un événement pour se souvenir de la tragédie et des grandes souffrances endurées par ceux qui étaient ici avant 1948, nombre d’entre eux y vivant encore ».


Accueil | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site L’UJFP en action  Suivre la vie du site En Israël-Palestine   ?

Creative Commons License