Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


AU PROCHE-ORIENT, ICI ET PARTOUT VIVRE ENSEMBLE DANS L’EGALITE ET LA JUSTICE

mercredi 27 juin 2012 par le Bureau National de l’UJFP

Née en 1994 de la volonté d’une paix juste au Proche-Orient, l’UJFP est une association juive laïque rassemblant des adhérents aux histoires et aux parcours divers et fermement attachés au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Conscients d’appartenir à une histoire plurielle qui a produit aussi bien des résistants antinazis, des combattants anticolonialistes que d’autres grandes figures universalistes dont les expériences marquent nos mémoires, nous portons la parole dont nous sommes héritiers : agir pour « créer un monde meilleur ».

L’UJFP regroupe des membres, Juifs ou non, qui œuvrent ensemble pour que le « vivre ensemble » dans l’égalité et la justice en France comme au Proche Orient, devienne réalité et pour que des voix juives laïques et progressistes se fassent entendre.

C’est pourquoi elle est partie prenante des combats contre le racisme sous toutes ses formes et contre toutes les discriminations.

LE PROCHE-ORIENT

Le sionisme a abouti à la création d’un Etat, Israël, qui prétend se définir comme « Etat juif » et au nom de cette judéïté justifie et légitime aussi bien « la Naqba » (pour les Palestiniens, la catastrophe de 1947-48) que sa politique d’occupation et de discriminations légales niant le peuple palestinien et ses droits. Le gouvernement actuel amplifie et accélère la politique de dépossession et d’épuration ethnique contre le peuple palestinien poursuivie depuis 1948.

Nous faisons nôtres les conclusions des trois premières sessions du Tribunal Russell sur la Palestine, et notamment la qualification de la politique d’Israël comme coupable du crime d’apartheid contre le peuple palestinien.

Nous combattons énergiquement l’odieux chantage à l’antisémitisme et la sinistre équation « Juifs = Sionistes = Israël », qui vise à embrigader tous les Juifs dans une politique criminelle - comme l’ont encore montré le rapport Goldstone sur les bombardements de la population de Gaza en décembre 2008/janvier 2009 ou l’arraisonnement meurtrier de la flottille Free Gaza le 30 mai 2010- et suicidaire, car cette stratégie d’une guerre sans fin, au nom de tous les Juifs du monde, interdit toute perspective de vie pacifique pour une minorité juive israélienne au Proche Orient, et mobilise dans le monde les rancœurs contre « les Juifs ».

Nous jugeons désastreux à cet égard le rôle joué par les institutions communautaires juives de France, qui agissent à travers le CRIF comme une annexe de la propagande sioniste dans ce pays - alors même que nous savons que ces institutions ne représentent qu’elles mêmes, c’est à dire un groupe d’associations juives sionistes, et sont loin de porter la voix de l’ensemble des Juifs français. Nous rejetons de la même manière les politiques européenne et française de laisser faire et d’impunité pour toutes les violations du droit international, et des droits humains commises par Israël.

Tant que l’Etat d’Israël ne sera pas comptable de sa politique illégale d’occupation, des violations du droit international et des nombreux crimes de guerre, une paix fondée sur l’égalité des droits sera impossible.

L’UJFP considère que le respect des droits du peuple palestinien, tous ses droits, y compris le droit au retour des réfugiés, et la réparation des torts causés à ce peuple, sont des conditions indispensables pour une solution réellement pacifique et durable au Proche Orient. L’UJFP soutient l’aspiration à la démocratie et à l’égalité qui se traduit par les soulèvements en cours dans les pays du Printemps Arabe.

Membre du CRID, l’UJFP milite au sein du Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, de la Plateforme des ONG pour la Palestine. Elle participe activement à la campagne internationale « stoppons le KKL-FNJ », le Fonds national Juif étant depuis plus d’un siècle l’instrument de la dépossession du peuple palestinien de ses terres. Un exemple de ses conséquences catastrophiques en est donné par la politique de colonisation du Neguev et les amendements continus des lois foncières qui prétendent légitimer la dépossession de tous les Palestiniens de leurs biens immobiliers.

Elle répond à l’appel de plus de 170 organisations de la société civile palestinienne en adhérant à la Campagne BDS France (pour le Boycott, le Désinvestissement, et des Sanctions contre le régime israélien). Cette campagne, qui vise toutes les institutions israéliennes impliquées dans la politique d’Apartheid et d’occupation, remporte de nombreuses victoires dans le monde, et montre que les sociétés - à travers leurs syndicats, leurs milieux associatifs, parfois leurs églises et leurs gouvernements - refusent le non droit imposé par la force (campagne BDS France : www.bdsfrance.org).

Cette intervention directe des citoyens est cruciale pour isoler Israël, à l’image de la campagne qui avait contribué à mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud, et obtenir de nos gouvernants qu’ils mettent fin à l’impunité de cet Etat comme ils en ont le pouvoir, au lieu de lui maintenir un soutien inconditionnel.

Ainsi, nous demandons la suspension immédiate de l’accord d’association entre Israël et l’Union Européenne ; les responsables des crimes de guerre doivent être traduits devant les juridictions internationales compétentes.

Nous attendons du nouveau gouvernement français qu’il rompe effectivement avec le soutien inconditionnel à Israël, avec le soutien de la prétention du CRIF de représenter tous les Juifs, avec le déni de la liberté d’expression que représentent les poursuites contre les militants de la campagne BDS.

L’UJFP est membre de la Fédération des Juifs européens pour une Paix Juste (EJJP).

JUSTICE ET EGALITE ICI AUSSI

Dans le contexte de crise qui se poursuit, nous nous inquiétons des diverses remises en cause des libertés publiques en France et se mobilise contre toutes les discriminations.Elle participe aux mobilisations pour la régularisation des sans-papiers, pour le droit d’asile, pour un« vivre ensemble » dans l’égalité et la justice. Nombre de nos adhérents sont pleinement investis dans le Réseau Education Sans Frontières, que nous soutenons.

L’UJFP est sensible à l’antisémitisme comme à toutes les formes du racisme elle participe au collectif « d’ailleurs nous sommes d’ici », combat l’islamophobie et le racisme anti-arabe, produits d’un passé colonial non assumé et de l’idéologie du « choc des civilisations ». l’UJFP est présente dans le collectif « mamans toutes égales » Nous attendons avec ces associations et réseaux du nouveau gouvernement qu’il rompe effectivement avec la politique xénophobe et raciste de l’Etat lui-même.

L’UJFP SE BAT CONTRE LES MURS ET CONSTRUIT DES PONTS

Nous luttons avec tous ceux qui s’opposent au « Mur de séparation », instrument d’une expropriation de terres supplémentaire au plus profond de la Cisjordanie et de l’Apartheid entre les populations juives et palestiniennes.

Nous sommes partie prenante des « flottilles de la liberté » pour briser le blocus de Gaza (un membre de notre Bureau national était sur le « Louise Michel » en juin 2011).

Pour le « vivre ensemble » dans l’égalité et la justice, ici comme là-bas, l’UJFP a développé un partenariat privilégié avec l’Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF). Nos deux associations ont porté en commun le message de refus des replis communautaires et du nécessaire respect des droits pour vivre ensemble dans la 9e mission civile en Palestine/Israël de février 2002 et dans la 166° en octobre 2010, élargie à la Fédération Tunisienne des Citoyens des Deux Rives (FTCR) et au groupe Immigration Développement Démocratie (IDD), à l’occasion du Forum mondial de l’Education. Elles y ont affirmé dans les Territoires Occupés Palestiniens comme en Israël que la ligne de démarcation ne passait pas entre Juifs et Arabes, mais entre respect et déni du droit.

NOS ACTIVITES

Outre la participation aux mobilisations déjà évoquées en solidarité avec le peuple palestinien ou pour le respect des libertés démocratiques dans notre propre pays, des réunions publiques, organisées le plus souvent en partenariat pour faire connaître par exemple la situation des prisonniers palestiniens, celle des Palestiniens de 48, sur le sionisme, sur les solutions pour parvenir à une paix juste,... pour donner la parole à des auteurs et des militants, Palestiniens comme Israéliens engagés dans la lutte contre le colonialisme.

- il circule actuellement une exposition sur la situation des Bédouins du Néguev réalisée avec le concours d’Amnesty International, de l’AFPS et du Forum pour la coexistence et l’égalité de droits dans le Néguev (NCF).
- nous sommes présents sur la toile : www.ujfp.org
- nous publions un bulletin, téléchargeable du site, des brochures et la revue « De l’Autre Côté ».

Le Bureau national de l’UJFP ,l e 27 Juin 2012


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3430 / 513736