Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Journée inter­na­tionale de la femme : n’oublions pas Hana Shalabi et les pri­son­nières poli­tiques palestiniennes

jeudi 8 mars 2012

AFPS, jeudi 8 mars 2012

En ce 8 mars 2012 et partout à travers le monde, les femmes se mobi­lisent pour mani­fester, reven­diquer et exiger leur droit à l’égalité, à la liberté, et à la justice. En Palestine, 365 jours par an, des ado­les­centes, des épouses et des mères de familles luttent pour la vie, pour la dignité et la liberté.

Les femmes pales­ti­niennes subissent fré­quemment des humi­lia­tions et des ­vio­lences de tous genres sur les check­points lors de leurs pas­sages pour aller visiter le père, l’enfant ou l’époux détenu dans les geôles de l’occupation.

Leur exis­tence est faite de souf­frances, de peines et de pri­va­tions mais elles résistent et elles le payent de leur vie, de leur santé et de leur liberté.

Hana Shalabi est une de ces femmes Pales­ti­nienne qui après avoir passé deux ans et demi en détention admi­nis­trative et moins de 4 mois de sa libé­ration suite à l’accord Shalit, a été bru­ta­lement arrêtée chez elle et sau­va­gement conduite en détention admi­nis­trative sans accu­sation ni procès. Sim­plement parce qu’elle est pales­ti­nienne et qu’elle refuse l’occupation.

Hana Shalabi a décidé de se battre en faisant la grève de la faim pour pro­tester contre sa détention admi­nis­trative illégale et contraire au droit inter­na­tional et à la qua­trième convention de Genève. Ce régime spécial permet actuel­lement aux auto­rités israé­liennes de retenir pri­son­niers plus de 300 Pales­ti­niens, durant une période renou­ve­lable indé­fi­niment, sans qu’ils ne béné­fi­cient de procès.

Depuis 20 jours, elle poursuit une grève de la faim pour sa dignité et la dignité des femmes pales­ti­niennes qui sont privées de liberté et de leurs droits dans des cel­lules insa­lubres sans aucun respect pour leur spé­ci­ficité en tant que femmes et font face à l’humiliation, à la vio­lence phy­sique et verbale de leurs gardiens.

Comme Hana, neuf Pales­ti­niennes sont détenues dans les prisons israé­liennes. Elles sont privées de visites fami­liales, de nour­ri­tures saines et sont vic­times de négli­gence médicale préméditée.

- Lina Jarbuni, 38 ans de Arabeh Bathouf , arrêtée le 17 avril 2002
- Wurud maher Kasem, 26 ans de Al-​​​​Tireh, arrêtée le 4 octobre 2006
- Saga Alalami, 18 ans de Bei­tunia dis­trict de Ramallah
- Alaa Juabi, 17 ans de Hébron, arrêtée le 7 décembre 2011.
- Salwa Hasan, 54 ans de Hébron, arrêtée le 19 octobre 2011,
- Mufika Qawasme, de Hébron, arrêtée le 15 février 2012
- Muna Abou Sanina, de Hébron, arrêtée le 15 février 2012
- Yusra Adel Kadaan, 30ans, arrêtée le 4 mars 2012
- Aisha Musa Ghannam, 24 ans, arrêtée le 23 février 2012

A ce jour nous sommes sans nou­velles de Alia Abbasi 50 ans, de Jéru­salem, internée dans un hôpital psy­chia­trique en attendant son jugement.

Elles lancent, ce 8 mars 2012 un appel à toutes les femmes de par le monde pour ne pas être oubliées, afin que nous ayons une pensée pour elles et que nous les soutenions.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 86 / 810144