Actualités


Israël et la Nakba, de la reconnaissance au déni

Par Eitan Bronstein Aparicio et Eleonore Merza Bronstein. Publié le 19 avril 2018 sur le site d’Orient XXI.

Israël célèbre son soixante-dixième anniversaire. Pour les Palestiniens, il s’agit plutôt de la Nakba, la catastrophe qui les a frappés et contraints à l’exil. Si la Nakba était reconnue par de nombreux responsables et intellectuels israéliens durant les premières années du jeune État, elle a été par la suite contestée officiellement, alors que les preuves des exactions commises par l’armée israélienne en 1947-1949 et de l’épuration ethnique dont furent victimes les Palestiniens s’accumulaient.


Pas de financement de l’UE pour l’industrie militaire israélienne

L’UE doit arrêter de contribuer à la militarisation et aux profits tirés des violations des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

L’Union européenne subventionne la recherche de l’industrie de la sécurité depuis de nombreuses années.

Cet argent des contribuables européens va à des entreprises militaires, parmi lesquelles de nombreuses firmes israéliennes, sous le masque de la recherche et la promesse que technologies et techniques développées seront affectées seulement à des usages civils.


Palestine - Les leçons de l’histoire : comment les suprémacismes s’installent

Par Mossa’ab Bachir

En Israël, on débat souvent avec passion du nazisme.

Le grand philosophe Yeshayahou Leibowitz, scandalisé par le comportement israélien après la Guerre des Six Jours, avait parlé de « judéo-nazisme ».

Plus récemment, l’historien Zeev Sternhell, pourtant sioniste a écrit : « en Israël pousse un racisme proche du nazisme à ses débuts ».

Dans la droite israélienne aussi, ce sujet est abordé. Nétanyahou confirme son amitié pour le dirigeant hongrois Viktor Orban alors que celui-ci a entrepris la réhabilitation du régime pronazi de l’amiral Horthy.

Et Moshé Feiglin, candidat malheureux à la tête du Likoud en 1995 avait à l’époque estimé que « le nazisme a permis de sortir l’Allemagne d’une situation de détresse pour l’amener à une situation fantastique sur le plan physique et idéologique ».

Alors, peut-on comparer sionisme et nazisme ?

Il y a une différence fondamentale : à Gaza, en trois grands massacres de 2008 à 2014, il y a eu environ 5 000 morts pour environ deux millions d’habitants. Ça s’appelle crimes de guerre, crimes contre l’humanité, utilisation d’armes interdites et il faudra que les responsables de ces crimes soient jugés.

Dans le ghetto de Varsovie, il y a eu 99% de morts. Ça s’appelle une extermination, un génocide. On ne peut pas comparer.

Il reste que sionisme et nazisme sont au départ des idéologies suprémacistes qui déclarent qu’un groupe humain a tous les droits et que les autres n’en ont aucun. Et que ces deux idéologies ont énormément écrit pour légiférer, pour identifier les privilégiés et pour exclure les autres des droits humains les plus élémentaires.

Mossa’ab Bachir est un jeune gazaoui. Il a été prisonnier politique et a connu les bombardements massifs. Son texte est extrêmement précis et rassemble minutieusement de multiples faits, étayés par d’abondantes notes. Il s’appuie sur ses nombreuses recherches de textes et de documents. Il dégage ainsi un noyau que nous devrions regarder en face : les traits communs aux constructions des suprémacismes.

Cet article est précieux pour comprendre comment les Palestiniens, depuis des décennies, ont été dépossédés de leur terre et privés de tout droit. C’est pourquoi nous le publions.


AXA doit cesser de faire du profit sur la colonisation de la Palestine

par la Campagne BDS France et SumOfUs

Assurer des vies partout dans le monde tout en écrasant celles de femmes et enfants sans défense : tel est l’insoutenable paradoxe d’AXA.

Le géant français de l’assurance est en effet accusé de bafouer le Droit International en finançant Elbit Systems, fleuron israélien de l’industrie de l’armement, sordidement célèbre pour avoir fourni des armes interdites qui ont déjà fait des centaines de victimes innocentes palestiniennes.


Gaza : trois questions à Sylvain Cypel

Par Chris Den Hond. Vidéo publiée le 9 avril 2018 sur le site d’Orient XXI.


Le leader de l’Union juive française pour la paix se confie à Algeriepatriotique

14 avril 2018

Le coprésident de l’Union juive française pour la paix (UJFP), Pierre Stambul, a bien voulu répondre aux questions d’Algeriepatriotique. Pour lui et pour l’association antisioniste qu’il codirige, « la politique israélienne et l’idéologie sioniste sont des crimes contre le peuple palestinien et sont suicidaires pour les Israéliens ». Interview.


Le TPI met en garde les dirigeants israéliens à propos des meurtres à Gaza

Ali Abunimah – 8 avril 2018

Le Tribunal Criminel International a émis un avertissement sans précédent selon lequel les dirigeants israéliens peuvent avoir à subir un procès pour le meurtre de manifestants palestiniens non armés dans la Bande de Gaza.

« Depuis le 30 mars 2018, au moins 27 Palestiniens ont été déclarés tués par les Forces de Défense Israéliennes, alors que plus mille autres ont été blessés, dont beaucoup à la suite de tirs à balles réelles et de balles enrobées de caoutchouc », a déclaré dimanche Fatou Bensouda, procureure générale du TPI.


Massacre à Gaza : contorsions cyniques dans les médias français

Par Pauline Perrenot, mardi 10 avril 2018. Publié sur le site d’Acrimed.

La « Marche du retour » qui a rassemblé 30 000 Gazaouis à son premier jour, le vendredi 30 mars, a été réprimée dans le sang par l’armée israélienne : ses soldats ont assassiné 22 Palestiniens tandis que les blessés par balles se comptent par milliers. Ce massacre a fait l’objet d’un traitement médiatique qui, quoiqu’abondant, et parfois pertinent, n’en souffre pas moins des travers malheureusement « classiques » dès lors que les médias s’intéressent à la question palestinienne en général, et à la violence de l’État d’Israël en particulier.


Soutenez les paysans de la Bande de Gaza

Au mois de décembre, l’UJFP a lancé une collecte pour que le nombre de fermes raccordées au château d’eau de Khuza’a passe de 35 à une centaine.
La souscription a rapporté environ 11 000 euros. Il y a eu des dons importants d’associations et de personnes solidaires, mais il nous en faut 15 000.
Au moment où la bande de Gaza est à nouveau agressée et où l’occupant tire impunément sur des manifestants désarmés, il est indispensable que ce projet aboutisse


PALESTINE - Solidarité avec la ZAD de NDDL en Résistance (Camp de réfugié.e.s de Dheisheh)

Le 9 avril 2018, le gouvernement Macron a décidé d’une opération militaire contre la ZAD de Notre-Dame des Landes. Face à cette attaque, la solidarité internationale s’est mise en action. En Palestine occupée, les membres de LAYLAC | The Palestinian Youth Action Center for Locality Development, un centre d’éducation populaire autogéré dans le camp de réfugiés de Dheisheh, accompagné.e.s par PeopleKonsian, ont tenu à exprimer leur solidarité en publiant cette photo ! Il faut souligner que des membres de LAYLAC étaient notamment présent.e.s sur la ZAD au lancement l’Ambazada cet été.

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Tout savoir sur BDS, le mouvement de boycott contre l’occupation israélienne

mercredi 11 avril 2018

Interview d’Imen Habib par Nadir Dendoune. Publiée le mercredi 11 avril 2018 sur le site du Courrier de l’Atlas.

Vous êtes nombreux à vouloir soutenir BDS, le mouvement de boycott contre l’occupation israélienne mais difficile parfois de s’y retrouver. On a donc fait appel à Imen Habib, l’une des animatrices de la Campagne BDS France. Elle répond à toutes vos interrogations.



Gaza : un journaliste palestinien tué de sang-froid, la liberté de la presse visée au cœur

mercredi 11 avril 2018

Par SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes.

Notre confrère palestinien Yasser Mourtaja figure parmi les neuf Palestiniens tués vendredi à Gaza par les tirs à balle réelle de l’armée israélienne lors de la manifestation près de la barrière de sécurité. Yasser Mourtaja, un photographe âgé de 30 ans travaillant pour une société de production gazaouie, Ain Média, portait pourtant, au vu et au su de tous, un gilet « press ». Il a été atteint de plein fouet à l’abdomen. Il est décédé de ses blessures après avoir été hospitalisé.



À Paris, le 15 avril 2018, conférence-débat sur le thème antisémitisme et antisionisme

mardi 10 avril 2018

Organisée par le Front populaire (Tunisie) France-Nord.
Animée par Pierre Stambul (co-président UJFP) et avec la participation d’associations palestiniennes.



Manifestation à la frontière de Gaza : "Désolé commandant, je ne tire pas"

lundi 9 avril 2018

Interview d’Amit Gilutz de B’tselem par Daniel Fontaine. Publié le vendredi 6 avril 2018 sur le site de la RTBF.

L’ONG israélienne B’Tselem a publié dans la presse des encarts publicitaires appelant les soldats à ne pas tirer vers des Palestiniens non armés lors de manifestations à la frontière avec la bande de Gaza. L’encart est intitulé "Désolé commandant, je ne tire pas". Les autorités israéliennes ont pourtant prévenu que les consignes de tirs resteraient les mêmes ce vendredi 6 avril qu’il y a une semaine, lorsque la répression du mouvement a fait vingt morts parmi les Palestiniens.



Ziad Medoukh revient sur la marche du retour à Gaza, du vendredi 30 mars

lundi 9 avril 2018 par Ziad Medoukh

Analyse de Ziad Medoukh sur la marche du retour à Gaza organisée par la population civile le vendredi 30 Mars 2018.



Combien de morts faudra-t-il pour qu’ils se décident à prendre des sanctions ?

dimanche 8 avril 2018 par le Bureau national de l’UJFP

20 morts vendredi 30 mars 2018. Au moins 9 morts le 6 avril, dont un journaliste Yasser Mourtaja exécuté de sang-froid alors même qu’il portait un gilet « presse », et plus de 400 blessés par balle. Deux jours après cette deuxième journée meurtrière pour les Palestiniens, le Ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré qu’« il n’y a pas d’innocents » dans la bande de Gaza.



À Paris, le 16 avril conférence-débat d’Ofra YESHUA-LYTH, à propos de son livre : « Pourquoi un État juif n’est pas une bonne idée »

samedi 7 avril 2018

Conférence-débat d’Ofra YESHUA-LYTH, à propos de son dernier livre : « Pourquoi un État juif n’est pas une bonne idée ». [*]

Soirée organisée par l’UJFP.

La société israélienne est rongée par la peur entretenue, la guerre permanente, la négation de l’autre, le poids de la religion, le racisme décomplexé, le lavage de cerveau, le piétinement des droits de l’Homme... Quel rapport avec le projet sioniste imaginé par Herzl ? Quelles possibilités pour un avenir meilleur ? Ofra Yeshua-Lyth nous livre sa vision d’un Israël-Palestine tournant le dos au nationalisme ethnique, épousant le vivre-ensemble dans l’égalité des droits de tous ses habitants. 



Ce n’est pas Nétanyahou. C’est la nation

vendredi 6 avril 2018 par Gideon Levy

Par Gideon Levy ; publié le 5 avril 2018 dans Haaretz.

La plupart des Israéliens, qui n’ont jamais parlé à un seul Gazaoui, savent seulement que la bande de Gaza est un nid de terroristes. C’est pourquoi il est convenable de les fusiller. Choquant ? Oui, mais vrai.



Manifestation pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb

vendredi 6 avril 2018

Dans le cadre de la journée nationale de manifestations appelée par la Coordination nationale du 24/25 mars à Lyon des collectifs de solidarité et des collectifs de migrantEs/exiléEs/sans-papiers,

Alors que des manifestations auront lieu dans de nombreuses villes, à l’appel de Collectifs des sans-papiers et migrantEs de la région
parisienne,

Manifestation pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb !

- Retrait du projet de loi Asile-Immigration
- Liberté de circulation et d’installation
- Régularisation de touTEs les sans-papiers

Rendez-vous le samedi 7 avril à La Chapelle.



GAZA : halte aux massacres, levée immédiate du blocus, sanctions contre Israël

vendredi 6 avril 2018 par CNPJDPI

Par le collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI).

Le collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens appelle à l’organisation de rassemblements partout en France cette semaine en particulier le prochain week-end.

Le vendredi 30 mars 2018, l’armée israélienne a tiré à balles réelles contre les Palestiniens de Gaza, qui s’étaient rassemblés en masse pour la « marche du retour », exigeant la levée du blocus de Gaza et le droit au retour des réfugiés palestiniens. On compte 16 morts, victimes de tirs des snipers de l’armée israélienne, officiellement postés pour tuer, et 1416 blessés dont la moitié par balles.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3134996