Actualités


Israël et la Nakba, de la reconnaissance au déni

Par Eitan Bronstein Aparicio et Eleonore Merza Bronstein. Publié le 19 avril 2018 sur le site d’Orient XXI.

Israël célèbre son soixante-dixième anniversaire. Pour les Palestiniens, il s’agit plutôt de la Nakba, la catastrophe qui les a frappés et contraints à l’exil. Si la Nakba était reconnue par de nombreux responsables et intellectuels israéliens durant les premières années du jeune État, elle a été par la suite contestée officiellement, alors que les preuves des exactions commises par l’armée israélienne en 1947-1949 et de l’épuration ethnique dont furent victimes les Palestiniens s’accumulaient.


Pas de financement de l’UE pour l’industrie militaire israélienne

L’UE doit arrêter de contribuer à la militarisation et aux profits tirés des violations des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

L’Union européenne subventionne la recherche de l’industrie de la sécurité depuis de nombreuses années.

Cet argent des contribuables européens va à des entreprises militaires, parmi
lesquelles de nombreuses firmes israéliennes, sous le masque de la recherche et la promesse que technologies et techniques développées seront affectées seulement à des usages civils.


Palestine - Les leçons de l’histoire : comment les suprémacismes s’installent

Par Mossa’ab Bachir

En Israël, on débat souvent avec passion du nazisme.

Le grand philosophe Yeshayahou Leibowitz, scandalisé par le comportement israélien après la Guerre des Six Jours, avait parlé de « judéo-nazisme ».

Plus récemment, l’historien Zeev Sternhell, pourtant sioniste a écrit : « en Israël pousse un racisme proche du nazisme à ses débuts ».

Dans la droite israélienne aussi, ce sujet est abordé. Nétanyahou confirme son amitié pour le dirigeant hongrois Viktor Orban alors que celui-ci a entrepris la réhabilitation du régime pronazi de l’amiral Horthy.

Et Moshé Feiglin, candidat malheureux à la tête du Likoud en 1995 avait à l’époque estimé que « le nazisme a permis de sortir l’Allemagne d’une situation de détresse pour l’amener à une situation fantastique sur le plan physique et idéologique ».

Alors, peut-on comparer sionisme et nazisme ?

Il y a une différence fondamentale : à Gaza, en trois grands massacres de 2008 à 2014, il y a eu environ 5 000 morts pour environ deux millions d’habitants. Ça s’appelle crimes de guerre, crimes contre l’humanité, utilisation d’armes interdites et il faudra que les responsables de ces crimes soient jugés.

Dans le ghetto de Varsovie, il y a eu 99% de morts. Ça s’appelle une extermination, un génocide. On ne peut pas comparer.

Il reste que sionisme et nazisme sont au départ des idéologies suprémacistes qui déclarent qu’un groupe humain a tous les droits et que les autres n’en ont aucun. Et que ces deux idéologies ont énormément écrit pour légiférer, pour identifier les privilégiés et pour exclure les autres des droits humains les plus élémentaires.

Mossa’ab Bachir est un jeune gazaoui. Il a été prisonnier politique et a connu les bombardements massifs. Son texte est extrêmement précis et rassemble minutieusement de multiples faits, étayés par d’abondantes notes. Il s’appuie sur ses nombreuses recherches de textes et de documents. Il dégage ainsi un noyau que nous devrions regarder en face : les traits communs aux constructions des suprémacismes.

Cet article est précieux pour comprendre comment les Palestiniens, depuis des décennies, ont été dépossédés de leur terre et privés de tout droit. C’est pourquoi nous le publions.


AXA doit cesser de faire du profit sur la colonisation de la Palestine

par la Campagne BDS France et SumOfUs

Assurer des vies partout dans le monde tout en écrasant celles de femmes et enfants sans défense : tel est l’insoutenable paradoxe d’AXA.

Le géant français de l’assurance est en effet accusé de bafouer le Droit International en finançant Elbit Systems, fleuron israélien de l’industrie de l’armement, sordidement célèbre pour avoir fourni des armes interdites qui ont déjà fait des centaines de victimes innocentes palestiniennes.


Gaza : trois questions à Sylvain Cypel

Par Chris Den Hond. Vidéo publiée le 9 avril 2018 sur le site d’Orient XXI.


Le leader de l’Union juive française pour la paix se confie à Algeriepatriotique

14 avril 2018

Le coprésident de l’Union juive française pour la paix (UJFP), Pierre Stambul, a bien voulu répondre aux questions d’Algeriepatriotique. Pour lui et pour l’association antisioniste qu’il codirige, « la politique israélienne et l’idéologie sioniste sont des crimes contre le peuple palestinien et sont suicidaires pour les Israéliens ». Interview.


Le TPI met en garde les dirigeants israéliens à propos des meurtres à Gaza

Ali Abunimah – 8 avril 2018

Le Tribunal Criminel International a émis un avertissement sans précédent selon lequel les dirigeants israéliens peuvent avoir à subir un procès pour le meurtre de manifestants palestiniens non armés dans la Bande de Gaza.

« Depuis le 30 mars 2018, au moins 27 Palestiniens ont été déclarés tués par les Forces de Défense Israéliennes, alors que plus mille autres ont été blessés, dont beaucoup à la suite de tirs à balles réelles et de balles enrobées de caoutchouc », a déclaré dimanche Fatou Bensouda, procureure générale du TPI.


Massacre à Gaza : contorsions cyniques dans les médias français

Par Pauline Perrenot, mardi 10 avril 2018. Publié sur le site d’Acrimed.

La « Marche du retour » qui a rassemblé 30 000 Gazaouis à son premier jour, le vendredi 30 mars, a été réprimée dans le sang par l’armée israélienne : ses soldats ont assassiné 22 Palestiniens tandis que les blessés par balles se comptent par milliers. Ce massacre a fait l’objet d’un traitement médiatique qui, quoiqu’abondant, et parfois pertinent, n’en souffre pas moins des travers malheureusement « classiques » dès lors que les médias s’intéressent à la question palestinienne en général, et à la violence de l’État d’Israël en particulier.


Soutenez les paysans de la Bande de Gaza

Au mois de décembre, l’UJFP a lancé une collecte pour que le nombre de fermes raccordées au château d’eau de Khuza’a passe de 35 à une centaine.
La souscription a rapporté environ 11 000 euros. Il y a eu des dons importants d’associations et de personnes solidaires, mais il nous en faut 15 000.
Au moment où la bande de Gaza est à nouveau agressée et où l’occupant tire impunément sur des manifestants désarmés, il est indispensable que ce projet aboutisse


PALESTINE - Solidarité avec la ZAD de NDDL en Résistance (Camp de réfugié.e.s de Dheisheh)

Le 9 avril 2018, le gouvernement Macron a décidé d’une opération militaire contre la ZAD de Notre-Dame des Landes. Face à cette attaque, la solidarité internationale s’est mise en action. En Palestine occupée, les membres de LAYLAC | The Palestinian Youth Action Center for Locality Development, un centre d’éducation populaire autogéré dans le camp de réfugiés de Dheisheh, accompagné.e.s par PeopleKonsian, ont tenu à exprimer leur solidarité en publiant cette photo ! Il faut souligner que des membres de LAYLAC étaient notamment présent.e.s sur la ZAD au lancement l’Ambazada cet été.

Articles les plus récents


Articles les plus récents


"DE PARIS À FERGUSON : COUPABLES D’ÊTRE NOIRS" - UN DOCUMENTAIRE INÉDIT ÉCRIT ET RÉALISÉ PAR ROKHAYA DIALLO

lundi 21 mars 2016

Le magazine INVESTIGATIÔNS présenté par Samira Ibrahim aborde la question épineuse du racisme avec un documentaire exceptionnel réalisé par la journaliste militante Rokhaya Diallo, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (le 21 mars).

Il sera diffusé le mercredi 23 mars 2016 à 20h50 sur France Ô.



Les Vendredis de Ballon Rouge : débat sur le sionisme et l’antisémitisme

lundi 21 mars 2016

Animé par Pierre Stambul, coprésident de l’UJFP.

Rendez-vous le 25 mars à Aubagne.



Présentation du livre "Une parole juive contre le racisme" à Amiens

lundi 21 mars 2016

Présentation du livre "Une parole juive contre le racisme" pour les Picards, à Amiens, à la Librairie du Labyrinthe, 37 rue du Hocquet 80000 Amiens, le mardi 19 avril, de 19 h. à 21 h., avec des militants de l’UJFP.



Présentation du livre "Une parole juive contre le racisme" à Laon

lundi 21 mars 2016

Jeudi 24 mars 19 h., à la MAl (Maison des Arts et Loisirs) de Laon (02 Aisne), avant la projection du film "Les Hommes libres" de Ismael Ferroukhi (qui évoque les sauvetages de juifs par la mosquée de Paris), Dominique Natanson présentera "Une parole juive contre le racisme" dans un dialogue avec Halim Sabbak, de l’association cultuelle islamique de Laon.

Cette projection se situe dans le cadre de la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme.



Débat public : comment lutter (vraiment) contre le racisme ?

vendredi 18 mars 2016

À l’occasion de la publication du livre "Une parole juive contre le racisme" :

Samedi 19 mars à l’AGECA, 20h-22h30
177 rue de Charonne, Paris 11

avec la participation de :

- Ismahane Chouder (commission Islam et laïcité)
- Emmeline Fagot (UJFP)
- Franco Lollia (Brigade anti-négrophobie)
- Saimir Mile (La Voix des Rroms)
- Un représentant du Collectif des sans papiers

Modérateur : André Rosevègue

Organisé par l’UJFP.



Contre la guerre, le racisme et le colonialisme

vendredi 18 mars 2016

Toutes et tous dans la rue

le 19 Mars 2016, 14 H Barbès



Sauvons le cirque Romanès

jeudi 17 mars 2016 par Cirque Romanes

Appel du Cirque Romanès :

Chers amis, Chers tous,

Nous avons besoin de vous !

Entre les attaques racistes, dont nous sommes victimes depuis septembre 2015 et les conséquences terribles des attentats de Paris du 13 novembre sur la fréquentation des salles de spectacle, le Cirque Tzigane Romanès est aujourd’hui menacé de disparition…

Nous lançons, pour la première fois, une grande campagne d’appel aux dons pour nous aider à surmonter cette situation exceptionnelle et critique.



Antisionisme = antisémitisme : Jérôme Ferrari ridiculise Valls

jeudi 17 mars 2016 par Jérôme Ferrari

Voilà notre premier ministre habillé pour le reste de l’hiver, le printemps et le reste.

Dans sa chronique publiée par La Croix le 14 mars 2016, Jérôme Ferrari ne le rate pas !

"S’il est une réforme que Manuel Valls est en train de mener avec succès, c’est celle de la langue française. Il est particulièrement injuste que nul n’ait songé à l’en féliciter ; car, grâce à lui, notre lexique sera bientôt débarrassé des termes redondants qui l’encombrent inutilement. Nous y gagnerons certainement en clarté et, surtout, en simplicité. Ainsi, après nous avoir révélé que « comprendre » ou « expliquer » signifiait tout bonnement, et sans que personne ne s’en avise jusqu’ici, « excuser », voilà qu’il nous apprend qu’« antisémitisme » et « antisionisme », dont on pouvait croire naïvement qu’ils désignaient deux réalités différentes, sont en fait rigoureusement synonymes [2].



Colloque "La Palestine et la Cour pénale internationale"

mercredi 16 mars 2016

Organisé par la Fondation Gabriel Péri et l’AFPS.

Le titre du colloque reprend celui de la note collective publiée par la Fondation Gabriel Péri et l’Association France Palestine Solidarité (voir ici).

L’initiative se propose de présenter les contributions de ses auteurs et de les mettre en débat.



Variations autour du racisme

mercredi 16 mars 2016 par Rudolf Bkouche

Introduction : quand les opprimés deviennent oppresseurs

Lorsque j’étais adolescent, à la fin de la seconde guerre mondiale, je pensais qu’un Juif ne pouvait être raciste. Comment les victimes du racisme pourraient-elles être racistes ? Et puis j’ai appris que cette question n’avait aucun sens.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3134410