Actualités


Libérons Mumia ! - Infos février 2017

par le COLLECTIF FRANCAIS "LIBERONS MUMIA !"

La défense de Mumia a saisi la justice pour outrage à magistrat

Face au refus de l’administration pénitentiaire de donner à Mumia les moyens de se soigner, comme le juge fédéral Mariani l’avait ordonné, les avocats de Mumia ont décidé de contre-attaquer en saisissant les tribunaux pour outrage à magistrat.

De son côté l’Etat de Pennsylvanie a demandé au juge de surseoir à son injonction dans l’attente de son recours sur le fond contre la décision favorable à Mumia.


Nous, melons, bamboulas, ritals, espingouins, portos, niakoués, polaks, youpins, romanos, métèques…

Publié le 18 février 2017 sur le site "Entre les lignes entre les mots".

Nous sommes les filles et les fils de ce que Louis-Ferdinand Céline désignait comme « ce grand ramassis de miteux, de chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde ».

Nos parent-e-s et nos grands-parent-e-s ont figuré sur l’affiche rouge un jour de 1944 ou ont été jetés dans la Seine un jour de 1961. Nous sommes les enfants de celles et ceux que les Papon ont arrêté-e-s, déporté-e-s, raflé-e-s, ratonné-e-s, interné-e-s aux Milles, à Argelès ou à Drancy.


On a parlé féminisme avec Hanane Karimi

Publié le 18 février 2017 sur le site des Inrocks.

Alors que le féminisme est devenu un thème de société incontournable, nous avons choisi d’interviewer des personnalités de tous horizons à ce propos. Spécialistes ou non, investis ou inattendus, elles et ils nous livrent leur vision de la lutte pour l’égalité femme-homme.

Sociologue, féministe et musulmane, Hanane Karimi fait partie d’un courant féministe musulman. Loin des clichés sur “l’islam politique” ou le “communautarisme” qui pullulent dans les discours politiques, elle mène une analyse sociologique de la place des femmes musulmanes en France, de la question du voile, et des inégalités auxquelles elles seules doivent faire face. Interview.


Donald Trump en « guerre sainte » contre l’islam

par Alain Gresh. Paru le 9 février sur le site d’Orient XXI.

Racisme, islamophobie et antisémitisme

En faisant interdire le territoire américain aux ressortissants de sept pays musulmans, le nouveau président Donald Trump a facilité la libération de la parole et les comportements racistes à l’égard des musulmans, mais également des juifs et d’autres minorités. Trump et une partie de son administration se place dans une perspective de croisade contre l’islam et les musulmans. Iront-ils jusqu’à une nouvelle guerre ?


Vous pensez que tout va mal pour les Palestiniens aujourd’hui ? Attendez que Trump et Netanyahu s’acoquinent tous les deux

Le président Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu doivent se rencontrer le 15 février. Une analyse d’Omar Barghouti.

Depuis l’ascension du président au pouvoir, le gouvernement d’Israël est ivre de puissance et d’impunité. Il a laissé tomber son fragile masque de soutien à la solution à deux États, agissant à une vitesse vertigineuse pour construire autant de colonies que possible sur le territoire palestinien occupé.


Police « républicaine » et quartiers populaires : l’état d’exception permanent

"Les origines coloniales des pratiques actuelles des forces de l’ordre ne font aucun doute et ceux qui trouvent que « bamboula » est une expression acceptable en font la démonstration exemplaire." par Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire

A la mémoire de Rémi Fraisse, d’Adama Traoré et de toutes les victimes des violences policières.


Contre toutes les formes de colonialisme et de racisme

Toutes et Tous le 19 mars 2017, Place de la Nation à 14 heures, avec la Marche pour la Dignité et la Justice (voir également le communiqué de l’UJFP, le programme de la semaine anticoloniale et notre agenda).

Dans le cadre de la 12ème Semaine anticoloniale, les associations et mouvements anticolonialistes appellent à manifester le dimanche 19 mars pour la Justice et la Dignité parce que :


POUR QUE TOUTES LES VIES COMPTENT

Nous participerons à la Marche du 19 mars pour la Justice et la Dignité contre les violences policières

Parce que Théo comme Adama comme Zyiad et Bouna comme Amine sont nos enfants ou nos frères, et que notre devoir à tous est de leur assurer protection.


"Une parole juive contre le racisme" - Présentation

Ouvrage collectif de l’UJFP.

Cet ouvrage est une initiative de l’UJFP, Union juive française pour la paix.

Il s’adresse à un large public de jeunes, d’enseignants, d’éducateurs, de militants, qui souhaitent faire le point sur le racisme et entendre ce que des Juifs ont à dire sur la manière de le combattre avec tous.

C’est du racisme dont nous voulons parler, pas seulement de sa variante antisémite.

Nous voulons montrer ici comment la lutte contre le racisme est indivisible. Toutes les attitudes et toutes les politiques de rejet, d’exclusion, de persécution et d’épuration ethnique sont à combattre.


Les rapports hebdomadaires sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans la bande de Gaza

Par le PCHR (Palestinian Center for Humans Rights) de Gaza

Traduits par Jacques Salles

Dernier rapport traduit en français : Infos Gaza n°852 & 852bis, semaine du 7 au 14 février 2017

Tous les rapports en anglais

Tous les rapports traduits :

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Des centaines de Juifs noirs refusent le service militaire et accusent Israël de racisme institutionnel

mardi 20 décembre 2016 par David Sheen

Par David Sheen

Publié le 12 décembre 2016 sur le site "Pour la Palestine"

Des émigrés éthiopiens disent qu’ils n’accompliront plus leur service de réservistes au sein des Forces de défense israéliennes (FDI)(1), en raison de la discrimination raciale affichée par de nombreuses institutions de l’État, y compris la police.



35ÈME ANNIVERSAIRE DE L’ARRESTATION DE MUMIA

mardi 20 décembre 2016 par LE COLLECTIF FRANCAIS "LIBERONS MUMIA !"

Le 9 décembre 1981, grièvement blessé, Mumia est arrêté par la police. 35 ans plus tard, des manifestations ont eu lieu aux Etats-Unis (Philadelphie, Houston, Oakland, New York), au Mexique, en Allemagne et en France pour rappeler cette journée dramatique à l’origine de l’acharnement judiciaire et politique dont le journaliste noir américain fut et reste toujours la victime. A Paris, comme chaque premier mercredi du mois, un rassemblement s’est tenu à proximité de l’ambassade des Etats-Unis et une projection du film documentaire « Toute ma vie en prison », suivie d’un débat, a réuni une centaine de spectateurs. A Rennes un rassemblement a également eu lieu. Le journal l’Humanité a réalisé une interview de Jacky Hortaut, co-animateur du Collectif français « LIBERONS MUMIA » pour revenir sur cet événement et faire le point de la situation de Mumia, notamment sur sa santé et les recours engagés par sa défense pour qu’il puisse se soigner.



Inauguration du château d’eau de Khuza’a

mardi 20 décembre 2016 par le Bureau national de l’UJFP

Les villages de Khuza’a et d’Abassam au Sud-Est de la bande de Gaza, ont payé un prix très lourd en terme de morts et de destructions pendant "bordure protectrice" (juillet-août 2014).

Les paysans ont eu comme priorité, avant même la reconstruction des habitations, de remettre leurs terres en état. Ces terres sont riches et indispensables à la population qui veut produire et ne pas vivre en assistée.



INTERVIEW – Yonatan Shapira : « La lutte est désormais pour l’égalité des droits de tous »

dimanche 18 décembre 2016 par Jonathan Shapira

Yonatan Shapira, refuznik et activiste de la paix israélien, a parlé à Middle East Eye de son cheminement personnel, de l’activisme pro-palestinien et des perspectives de paix en Palestine

Yonatan Shapira est un « refuznik » israélien, un de celles et ceux qui refusent ouvertement de servir l’armée israélienne dans les territoires palestiniens occupés. En 2003, il publiait avec 26 autres pilotes de l’armée une lettre ouverte dénonçant les attaques « illégales et immorales que l’État d’Israël effectue dans les territoires palestiniens ».



« Un boycott légitime » : interview d’Eylan Sivan

samedi 17 décembre 2016 par Eyal Sivan

Interview réalisée par Christophe Koessler, parue sur le site "Le Courrier" (Genève), le 16 décembre 2016.

Le boycott culturel et universitaire d’Israël suscite des controverses. Partisan de cette mesure, le cinéaste israélien Eyal Sivan s’explique dans un livre.

Si l’idée de refuser d’acheter les avocats ou les oranges venus d’Israël ou de ne plus investir dans ce pays, tant que l’occupation militaire et la colonisation de la Palestine perdureront, a fait son chemin, celle de boycotter les institutions culturelles et académiques israéliennes ne va pas de soi en Europe. La culture et la science sont souvent perçues comme des havres de neutralité, voire des ponts de dialogues, qu’il ne faudrait surtout pas affaiblir.

Le cinéaste israélien Eyal Sivan ne partage pas cet avis. Le documentariste qui vit entre Paris et Israël, mais enseigne aussi en Angleterre et aux Pays-Bas, vient de publier un ouvrage, Un boycott légitime, coécrit avec la productrice de films française Armelle Laborie, qui constitue un véritable manifeste en faveur d’un boycott culturel et universitaire de l’Etat d’Israël [2].



Présentation du film "Briser le silence", en présence de l’auteur Toshikuni DOI

samedi 17 décembre 2016

Mardi 20 décembre à 20h00
au BAB ILO

9, rue du Baigneur Paris 18ème
Métro JULES JOFFRIN
entrée libre

Au printemps 2002, l’armée israélienne a encerclé et attaqué le camp de réfugiés de Balata. La caméra suit les résidents vivant dans un état de terreur et enregistre leurs vies et leurs sentiments. La situation désespérée dans le camp de réfugiés de Jénine après la mort et la destruction d’une attaque violente d’Israël est également représentée, montrant la réalité de « l’occupation ».



Massacres à Alep : lettre à un « camarade » qui s’obstine à justifier l’injustifiable

samedi 17 décembre 2016 par Julien Salingue

Publié sur le blog de Julien Salingue "Résister à l’air du temps", le 15 décembre 2016.

« Camarade »,

Cela fait plusieurs semaines que je me dis que je vais t’écrire, et ce sont les événements tragiques d’Alep et ta réaction à ces événements, ou parfois ta non-réaction, qui ont fini par me persuader que l’heure était venue de m’adresser à toi. Pas nécessairement dans le but de te convaincre, car je crois que malheureusement il est déjà trop tard. Mais au moins, comme ça, les choses seront dites et tu ne pourras pas dire que tu ne savais pas.



Lettre ouverte à ceux qui, au nom de l’anti-impérialisme, soutiennent le régime de Bachar el-Assad.

samedi 17 décembre 2016 par Michel Staszewski

par Michel Staszewski. Paru le 30 novembre sur son blog et le 7 décembre 2016 sur le site de Bruxelles Panthères.

La contestation massive des dictatures dans le monde arabe (qu’on a globalement qualifié de « printemps arabe ») a commencé en 2010 par des manifestations en Algérie, au Maroc puis en Tunisie. Depuis lors presque tous les pays arabes ont été touchés, à des degrés divers, par des révoltes populaires. Au-delà des situations particulières à chaque État, la plupart des participants à ces mobilisations ont été et sont encore partout motivés par le refus de la misère et de la corruption des classes dirigeantes ainsi que la soif de liberté.

Ce que je viens d’écrire ne sera pas contesté par le commun des mortels qui suivent, fut-ce de loin, ces événements.



Déclaration d’EJJP (JEPJ en français Juifs Européens pour une Paix Juste)

vendredi 16 décembre 2016 par EJJP

Le compte bancaire du groupe allemand « Une Voix Juive pour une Paix Juste au Moyen Orient » (Jüdische Stimme für gerechten Frieden in Nahost”) a été fermé par la « Banque de l’Économie Sociale » (Bank für Sozialwirtschaft AG).

Le gouvernement israélien tente d’interdire toute critique de sa politique, en Israël et à l’étranger. Il prétend que tous ceux qui critiquent Israël sont antisémites. Certaines organisations, comme la banque de l’économie sociale, ont volontairement fait le choix de servir le programme politique répressif d’Israël et s’efforcent de faire taire les voix critiques.



Réunion publique : "La question de Jérusalem, état des lieux" avec Elias Sanbar

mercredi 14 décembre 2016 par CJPP5

Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrondissement

(CJPP5), jeudi 15 décembre 2016

Le CJPP5 organise une réunion publique le 15 décembre à 20h avec Elias Sanbar sur le thème : "La question de Jérusalem, état des lieux".


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1837298