Actualités


COMMÉMORER LA LIBÉRATION D’AUSCHWITZ EN REFUSANT LE RACISME ET LE FASCISME

Il y a soixante-dix ans, jour pour jour, l’Armée rouge libérait le camp d’Auschwitz-Birkenau, le plus grand camp d’extermination nazi et le lieu emblématique de la folie meurtrière qu’a été l’entreprise de destruction des Juifs d’Europe.


Le sionisme est-il soluble dans le droit international ?

Par Bruno Guigue

Il y a vingt ans, l’OLP a solennellement renoncé à la lutte armée. Avalisant les accords d’Oslo, elle a troqué une paix factice contre une autonomie illusoire (Voir : « Le processus d’Oslo : la paix pour un plat de lentilles »). Prise au piège d’une négociation inégale, elle a tout concédé dans l’espoir d’une contrepartie qui n’a jamais vu le jour. Elle s’est alors enfermée dans un légalisme d’autant plus pernicieux que son « partenaire » israélien n’en avait cure. Devant l’évidence de ce marché de dupes, Mahmoud Abbas entend désormais faire feu de tout bois, sans transgresser la ligne rouge dont le respect lui garantit le versement de l’aide occidentale.


Pour le droit à l’insolence

19 JANVIER 2015 | PAR ERIC FASSIN

À l’heure où la France célèbre le droit au blasphème, il est pour le moins paradoxal de devoir défendre devant la justice le droit d’écrire : « Nique la France ! » On ne peut pas se réclamer de Voltaire contre le fanatisme et en même temps rejeter l’esprit voltairien d’insolence. Certes, l’injure raciste doit être réprimée. Mais parler de racisme anti-blanc ou anti-français est un non-sens qui vise à effacer la réalité du racisme.


Intervention de l’UJFP au rassemblement du 18-01-2014 à Paris contre l’islamophobie

L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) est particulièrement choquée par plusieurs points qui caractérisent le climat actuel depuis les tueries contre Charlie Hebdo et contre l’hypermarché casher.
Le gouvernement prétend qu’il n’y aura pas en France un « Patriot act » comme aux USA après le 11 septembre 2001, et il prétend aussi délivrer un message d’apaisement en direction de la population musulmane.
Mais en réalité que se passe-t-il ?


Au premier rang pour saluer

Uri Avnery
17 janvier 2015

Les trois terroristes islamiques auraient été très fiers d’eux s’ils avaient vécu pour le voir.

En commettant deux attaques (assez banales selon les normes israéliennes) ils ont semé la panique dans toute la France, jeté des millions de personnes dans les rues, réuni plus de 40 chefs d’États à Paris. Ils ont modifié le paysage de la capitale française et d’autres villes de France en mobilisant des milliers de militaires et de policiers pour protéger des cibles potentielles juives et autres. Pendant plusieurs jours ils ont dominé les informations du monde entier.

Trois terroristes, agissant probablement seuls. Trois !!!


Une situation économique catastrophique dans la bande de Gaza en 2014

Ziad Medoukh

L’année 2014, dans la bande de Gaza, a été marquée par le maintien du blocus israélien inhumain imposé de façon illégale par les forces de l’occupation depuis plus de sept ans, mais aussi, notamment par une nouvelle offensive militaire, en été 2014, sur cette région isolée, la troisième offensive en cinq ans, et la plus meurtrière, ce qui aggrave une situation déjà difficile pour toute la population civile, dans tous les domaines.


Plus que jamais, il faut combattre l’islamophobie

Tribune parue dans le journal Le Monde daté du 16 janvier 2015

L’attaque contre Charlie Hebdo a suscité une émotion légitime dans tout le pays. Rien ne justifie un tel crime ; rien ne justifie que l’on s’en prenne à une rédaction ; rien ne justifie que l’on assassine des journalistes, des policiers, de simples citoyens, certains parce qu’ils sont juifs. Nous ne savons pas s’il y aura un « avant » et un « après » ce 7 janvier, mais il est vital que s’ouvre un débat sur l’avenir commun que nous voulons.


Le piège tendu aux Juifs de France

Nous avons ces derniers jours vécu les mêmes bouleversements à répétition que tous nos concitoyens. Comme Juifs nous avons été profondément atteints par l’horrible attentat perpétré contre des Juifs parce que Juifs. Cela ne peut que faire résonner pour nous les pires heures de l’histoire du judaïsme français. Tout ce que nous croyons comme militants, citoyens, êtres humains, tout ce pour quoi nous luttons, la valeur de la vie, de l’égalité entre les hommes, le ta’ayush (le vivre ensemble), s’est vu bafoué ici dans la rédaction d’un journal, puis dans ce magasin cacher. Nous sommes convaincus que la liberté d’expression est une valeur fondamentale de toute société démocratique et qu’elle doit être défendue à tout prix contre la violence obscurantiste.


Schlomo Sand : « Je ne suis pas Charlie »

Rien ne peut justifier un assassinat, a fortiori le meurtre de masse commis de sang-froid. Ce qui s’est passé à Paris, en ce début du mois de janvier constitue un crime absolument inexcusable. Dire cela n’a rien d’original : des millions de personnes pensent et le ressentent ainsi, à juste titre. Cependant, au vu de cette épouvantable tragédie, l’une des premières questions qui m’est venue à l’esprit est la suivante : le profond dégoût éprouvé face au meurtre doit-il obligatoirement conduire à s’identifier avec l’action des victimes ? Dois-je être Charlie parce que les victimes étaient l’incarnation suprême de la liberté d’expression, comme l’a déclaré le Président de la République ? Suis-je Charlie, non seulement parce que je suis un laïc athée, mais aussi du fait de mon antipathie fondamentale envers les bases oppressives des trois grandes religions monothéistes occidentales ?


Les rapports hebdomadaires sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans la bande de Gaza

Par le PCHR (Palestinian Center for Humans Rights) de Gaza
Traduits par Jacques Salles

Dernier rapport traduit en français

En pièces jointes tous les documents traduits

Tous les rapports en anglais

Articles les plus récents


Articles les plus récents


À Saint Pierre d’Aurillac : rencontre avec Michèle Sibony

lundi 26 janvier 2015

Vendredi 30 janvier à partir de 18 h

Au restaurant scolaire de Saint Pierre d’Aurillac
Mairie de Saint Pierre d’Aurillac - 124 avenue de la Libération - 33490 ST PIERRE D’AURILLAC

Organisé par le collectif Solidarité Al Qarara



A Nîmes, Conférence-débat avec Pierre Stambul "le sionisme en questions"

lundi 26 janvier 2015 par Pierre Stambul

Présentation du livre "le sionisme en questions".

Jeudi 12 février 2015 – 19 h
À l’auditorium du centre Pablo Neruda 1 place Hubert Rouger à Nîmes



Charlie, je ne veux voir dépasser aucune tête

mardi 20 janvier 2015 par Alain Gresh

mardi 20 janvier 2015, par Alain Gresh

« Ces pelés, ces galeux... »

En 1914, l’ensemble des parlementaires, toutes tendances confondues, chantaient « La Marseillaise » debout et à l’unisson. L’union nationale avait alors vu les dirigeants socialistes trahir tous leurs engagements en faveur de la paix, voter les crédits de guerre et avaliser une boucherie qui devait durer jusqu’en 1918. La scène s’est reproduite le 13 janvier à l’Assemblée nationale et l’union sacrée est à nouveau à l’ordre du jour. Mais elle signifie cette fois-ci l’exclusion de la communauté nationale de tous les mauvais Français, et d’abord des jeunes issus des quartiers populaires, désignés par les médias et les politiques comme « ces pelés, ces galeux, dont (viendrait) tout le mal » (La Fontaine). Ils sont responsables, et surtout ne nous interrogeons pas sur les politiques économiques et sociales qui ont abouti à toujours plus d’inégalités, à toujours plus d’exclusion des classes populaires ; et ne remettons pas en question nos engagements à l’étranger. « Nous sommes en guerre », a déclaré le premier ministre Manuel Valls. Et, comme en 1914, ceux qui doutent du bien-fondé de ces stratégies sont des traîtres.



Les Libertés démocratiques et la justice sociale contre le terrorisme et l’autoritarisme sécuritaire

mardi 20 janvier 2015 par Mireille Fanon-Mendès-France

lundi 19 janvier 2015

Mireille Fanon-Mendes-France
Fondation Frantz Fanon

Après cette terrible semaine, mes pensées, comme celles de beaucoup, sont pour tous ceux qui sont morts, pour leurs familles, leurs amis et collègues. Pour ceux qui ont été tués, victimes et terroristes. Oui, je ne peux pas ne pas aussi penser à eux, à leurs familles et amis, à ceux qui les ont connus. Pour ce que ce pays est devenu et est en train de devenir. Pour la désignation, urbi et orbi, à la vindicte publique de personnes qui se battent pour une réelle justice sociale et contre l’expression de toutes les formes de racisme, dont le racisme anti-noir, antimusulman mais aussi le racisme antijuif et de ceux qui refusent l’exclusion, la marginalisation, l’essentialisation et la stigmatisation.



Tueries à Charlie Hebdo et porte de Vincennes : ne pas s’interdire de réfléchir, agir pour ne pas subir

mardi 20 janvier 2015 par Julien Salingue

Les tueries de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes ne doivent pas nous empêcher de réfléchir. Bien au contraire, elles ont ouvert une période de questionnements et de doutes chez des millions d’entre nous, auxquels il faut apporter des réponses, quand bien même celles-ci ne sont pas dans l’air du temps et ne sont pas consensuelles, afin d’éviter que d’autres n’imposent leurs réponses guerrières, sécuritaires et racistes. Ce qui suit est une tentative de réponse, incomplète, à certains de ces questionnements, mais aussi la formulation de pistes de travail et d’action ; d’où un ton que d’aucuns trouveront peut-être parfois un peu prescripteur, mais qui révèle avant tout une préoccupation : agir pour ne pas subir.

J.S, le 19 janvier 2015



« Musulmans », avec majuscule

lundi 19 janvier 2015 par Henri Goldman

19.01.2015

Les conventions typographiques de la langue française imposent une majuscule aux noms de peuples et une minuscule aux noms de croyances. Donc « musulman » comme « catholique » ou « bouddhiste ». Et comme « juif » ? Oui et non. « Juif », ça peut aussi s’écrire avec une majuscule, comme « Wallon », « Basque » ou « Arabe ». Confirmé par mon vieux Larousse : « 1. (Avec une majuscule). Personne appartenant à la communauté israélite, au peuple juif. Un Juif polonais. 2. Personne qui professe la religion judaïque. Un juif pratiquant. ».



De l’antiracisme des “Blancs”

lundi 19 janvier 2015 par Henri Goldman

Henri GOLDMAN

L’antiracisme européen a été longtemps porté par des humanistes « blancs » et des Juifs universalistes. Mais aujourd’hui, les minorités issues de la colonisation et de l’immigration du travail sont devenues majeures. Ce qui pose des questions politiques inédites au mouvement antiraciste.

Pour titrer cet article, je n’ai pas résisté au plaisir potache de reprendre le concept à la mode de « racisme anti-blanc » et d’en mélanger les termes. Cette expression laisse entendre qu’aucun groupe humain n’est vacciné contre le racisme puisque, à leur tour, les Noirs et les Arabes peuvent retourner celui dont ils font l’objet vers le groupe d’où il provient. Les uns et les autres sont ainsi renvoyés dos à dos : les Noirs peuvent être racistes vis-à-vis des Blancs de la même manière que les Blancs le sont vis-à-vis des Noirs.



Charlie Hebdo : la lutte décoloniale, plus que jamais à l’ordre du jour !

lundi 19 janvier 2015 par Parti des Indigènes de la République

Publié le 17 janvier 2015 par PIR

Suite à l’attaque armée contre la rédaction du journal Charlie Hebdo, Rokhaya Diallo, Olivier Cyran, les Indivisibles, lmsi.net, le PIR et d’autres militants et organisations antiracistes sont la cible d’une campagne politique et médiatique. Shlomo Sand et l’humoriste Guy Bedos ont même été visés par elle. Dans le journal Le Monde, Christophe Ramaux s’en est pris au NPA, à Politis, Edwy Plenel et Attac, ce à quoi ses collègues des économistes atterrés ont répondu. En ce qui nous concerne, ce n’est pas la première. La dernière en date remonte à la charge de Jean-Loup Amselle qui nous a collé l’étiquette « rouge-brun » au grand ravissement des médias de la gauche mainstream. Néanmoins, ces circonstances dramatiques et leur récupération politique rendent celle-ci particulièrement dangereuse. Quoiqu’elle demeure pour le moment de basse intensité, elle peut prendre de l’ampleur dans la perspective de la chasse aux sorcières qui s’amorce. Or, la campagne provient de ceux-là mêmes qui n’ont eu de cesse de propager l’islamophobie, contre laquelle ces militants et nous-mêmes luttons, et de contribuer au climat social des attaques, dont nous avions prévenu des menaces qu’elle contenait.



L’ATTENTAT CONTRE CHARLIE HEBDO : L’OCCULTATION POLITIQUE ET MEDIATIQUE DES CAUSES, DES CONSEQUENCES ET DES ENJEUX

lundi 19 janvier 2015 par Saïd Bouamama

Publié le 11 janvier 2015 sur le blog de Saïd Bouamama.

« Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »
Bertolt Brecht

L’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo marquera notre histoire contemporaine. Il reste à savoir dans quel sens et avec quelles conséquences. Dans le contexte actuel de « guerre contre le terrorisme » (guerre extérieure) et de racisme et d’islamophobie d’Etat, les artisans de cet acte ont, consciemment ou non accéléré un processus de stigmatisation et d’isolement de la composante musulmane, réelle ou supposée, des classes populaires.



Je suis Charlie... ou pas, disent mes élèves de lycée. Ils ont raison de s’interroger

lundi 19 janvier 2015

Par Maiwen Leray
Professeure de philosophie

Publié le 16-01-2015

A la suite des attentats perpétrés contre "Charlie Hebdo", 200 incidents ont été recensés dans les établissements scolaires, selon le ministère de l’Education. Certains élèves n’ont pas voulu dire "Je suis Charlie". Une réaction qui témoigne d’un questionnement intellectuel rassurant, affirme Maiwen Leray, professeure de philosophie dans un lycée de région parisienne.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 526436